Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Partager...

Accueil du site > Les infos de l’équipe > Archives 2010 > Interviews et infos diverses > Romain Sicard : "On apprend beaucoup des échappées"

Romain Sicard : "On apprend beaucoup des échappées"

lundi 22 février 2010

Après des débuts au Tour Down Under, Romain Sicard s’est mis en avant tout au long du week-end au Tour du Haut Var. On le retrouvera sans doute devant en mars sur Paris-Nice.


- Vélo 101 : Romain, comment ont été les jambes ce week-end au Tour du Haut Var ?

- Romain : J’ai réalisé un très bon week-end. Samedi, j’étais motivé en début d’étape pour aller dans la bonne échappée et les jambes ont bien répondu dès le départ. J’ai réussi à me glisser dans l’échappée. Après ça a été dur, bien sûr, car ça a roulé tout le temps vite, mais finalement ça a été du bonus. On est en début de saison et c’est toujours un bon entraînement.

- Vélo 101 : Dans ce peloton, vous êtes-vous senti à votre aise avec les noms prestigieux qui couraient à côté de vous ?

- Romain : Physiquement, pas forcément, car l’échappée n’a jamais eu beaucoup de marge de manœuvre. Il a toujours fallu s’employer. Certains étaient sans doute mieux que moi mais c’est toujours intéressant de se donner et de faire des efforts.

- Vélo 101 : Etre offensif à l’avant comme ça, c’est le meilleur moyen pour vraiment passer le cap des amateurs aux professionnels, est-ce votre volonté ?

- Romain : L’an dernier, je l’avais pris comme ça en essayant d’aller le plus possible de l’avant. Finalement, j’ai senti que ça m’avait aidé à progresser. Je pense que c’est le meilleur moyen de s’améliorer, de forger son expérience aussi. On apprend beaucoup des échappées.

- Vélo 101 : Comment récupérez-vous du passage des amateurs aux professionnels ?

- Romain : Il faudra voir au fil des courses. Maintenant c’est sûr que les courses sont plus longues, que le rythme est plus rapide, donc c’est toujours plus compliqué. Je ne sais pas trop encore si je suis en forme. J’attends toujours de me jauger un peu sur ce début de saison. Ce week-end ça a été mais j’attends d’être un peu plus en forme un peu plus tard dans la saison. Pour le moment, ça va.

- Vélo 101 : Quelle est la plus grande différence entre le monde des amateurs et celui des pros ?

- Romain : Je dirais que c’est sans doute la puissance et la capacité à s’organiser. De mon côté, durant l’hiver, j’ai continué à augmenter les charges petit à petit. Il faut y aller progressivement et ne pas brûler les étapes.

- Vélo 101 : Vous êtes resté dans la même structure en quittant le vivier Orbea pour rejoindre l’équipe première qu’est Euskaltel-Euskadi. Est-ce un parcours que vous recommanderiez ?

- Romain : C’est intéressant de rester dans la même structure parce qu’on suit un même projet, les entraîneurs se connaissent, ils savent le travail qu’on a fait et celui qu’il reste à effectuer. C’est un plus.

- Vélo 101 : Avez-vous été surpris de la médiatisation obtenue alors que vous étiez encore peu connu avant votre titre de champion du monde Espoirs ?

- Romain : C’est sûr que ça a été un gros changement mais je commence à m’y faire un petit peu. J’essaie de garder le maximum de recul là-dessus en gardant en tête des priorités qui sont de s’entraîner et de rester concentré en course.

- Vélo 101 : A travers vos débuts chez les pros, quels sont les coureurs qui vous ont déjà le plus impressionné dans le peloton ?

- Romain : J’en ai vu quelques-uns au Tour Down Under, notamment Cadel Evans, Alejandro Valverde ou Luis-Leon Sanchez, des coureurs comme ça. Ils étaient déjà au-dessus du lot.

- Vélo 101 : Quelle est la principale chose que vous ayez apprise depuis le début de la saison ?

- Romain : Il y a toujours beaucoup de choses à apprendre, mais ce que je retiens de mes premières compétitions, c’est qu’il faut toujours rester placé, courir devant. Ca roule vite, il y a beaucoup de puissance et il faut travailler.

- Vélo 101 : Quel va être votre programme sur les semaines à venir ?

- Romain : Je vais faire deux semaines d’entraînement, puis ce sera Paris-Nice et les classiques flandriennes avec le Tour des Flandres, Gand-Wevelgem et Paris-Roubaix. C’est un beau programme pour apprendre !

Article paru sur velo101.com


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Site web réalisé par webmaster-peloton.com