Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Partager...

Accueil du site > Les infos de l’équipe > Archives 2010 > Interviews et infos diverses > Samuel Sanchez : "Mon intention est de rester chez Euskaltel, je considère (...)

Samuel Sanchez : "Mon intention est de rester chez Euskaltel, je considère faire partie de cette équipe"

samedi 30 janvier 2010

Samu aborde le début de saison en bonne santé et sans blessure. Il est motivé et déjà ses objectifs de début de saison sont fixés. Interview.


- Biciclismo.com (BC) : Comment se sont passés la pré-saison et l’hiver ?

- Samu : L’essentiel est que tout va bien, sans blessure, contrairement à l’année dernière où j’avais pris un coup au genou gauche. Je suis en bonne santé et c’est l’essentiel pour un sportif.

- BC : Comment affrontes-tu la saison ?

- Samu : C’est une année spéciale, puisqu’on est en fin de contrat avec les sponsors et nous espérons tous entendre le plus tôt possible qu’Euskaltel et les institutions continuent ou qu’un nouveau sponsor arrive. C’est important de savoir si l’équipe continue pour discuter de nos contrats.

- BC : Ca suppose une pression supplémentaire ?

- Samu : Non, personnellement, je suis tranquille et je suis concentré sur ma préparation. C’est même une motivation supplémentaire. Je ne suis pas plus nerveux parce que je finis mon contrat ou que l’équipe continue. Je m’occupe plus de m’entrainer et de chercher le meilleur rendement en course.

- BC : Tu as l’intention de rester chez Euskaltel Euskadi ?

- Samu : Mon intention est de rester. Je ne sais pas ce qu’en pensera la direction de l’équipe, mais je me considère comme étant une partie de l’équipe, une pièce du schéma mis en place par Miguel Madariaga ? J’aimerais continuer au sein de cette équipe.

- BC : Tu as même dit que ton rêve serait de terminer ta carrière sportive au sein de cette équipe.

- Samu : Oui, je l’ai dit, et je le maintiens : j’aimerais finir ma carrière cycliste chez Euskaltel Euskadi. Mais on ne peut pas fermer d’autres portes, vu que la vie d’un sportif est courte et il faut tirer le meilleur parti possible de ses années chez les professionnels.

- BC : Tu as 32 ans. Jusqu’à quand envisages-tu de continuer ?

- Samu : Jusqu’à ce que je perde l’envie de monter sur un vélo et de sortir m’entrainer. J’ai 32 ans, mais physiquement, je n’en ai que 26. Je me sens bien, je ne dispute pas beaucoup de courses, je me concentre sur des objectif concrets et je me soigne au maximum.

- BC : Quels sont tes objectifs de la saison ?

- Samu : Le premier objectif est d’être à 100% au Tour du Pays Basque, mais j’aimerais déjà me montrer à Paris-Nice et au Critérium International et avoir une bonne condition pour disputer avec des garanties le Tour du Pays Basque.

- BC : Et le Tour de France ? Dans quel état d’esprit es-tu ?

- Samu : Il faut avoir les pieds sur terre, l’idée est d’améliorer ce que j’ai fait en 2008 : gagner une étape et terminer mieux au général (il avait été classé 7e). L’idéal serait d’atteindre le podium, mais il faut être réaliste. Il y a Contador, d’autres favoris et de nombreux prétendants, et je suis parmi ces derniers.

- BC : Quelle impression t’a laissé le Tour 2008 ?

- Samu : Bon et mauvais. Dans l’étape d’Hautacam, j’ai perdu du temps dans le Tourmalet, comme Valverde, et ça m’a empêché de me battre pour une meilleure place et de briller un peu plus.

- BC : La Vuelta a España est écartée ?

- Samu : A priori non. Il faut avancer petit à petit : à court terme, c’est la Vuelta al Pais Vasco, puis le Tour. La Vuelta a España a un parcours attractif. Il y a des étapes dans les Asturies, comme le final à Cotobello que je connais comme ma poche. Et la Vuelta est ma course, c’est là que j’ai le plus brillé, j’ai fait deux podiums, j’ai gagné 5 étapes... Comme à la Vuelta al Pais Vasco, il faut gagner...

- BC : Lors de la dernière Vuelta a España, tu as perdu une bonne part de tes chances dans le Xorret de Cati.

- Samu : C’était à cause d’une chute survenue la veille, ainsi est le cyclisme. Valverde a été le juste vainqueur, parce qu’il a été celui qui a le moins défailli.

- BC : Tu te sens sportivement entouré chez Euskaltel Euskadi ?

- Samu : Il faut prendre en compte que c’est comme l’Athletic Bilbao en football, l’équipe a beaucoup de mérite, avec des coureurs formés ici. D’autres équipes peuvent engager n’importe qui du moment qu’elles en ont les moyens. En vue du Tour, il y a des coureurs d’expérience et dans un Tour, ce dont tu as besoin, c’est de sécurité. Le parcours du Tour me plait, il est attractif. Il n’y a pas de contre la montre par équipe, ce qui nous avantage, et la dernière semaine sera belle : les Pyrénées, avec les supporters, et le chrono final.

- BC : Comment va le cyclisme asturian ?

- Samu : Il n’y a pas beaucoup de nouveautés, à par peut-être Higinio Fernandez de Caja Rural. Il y a Chechu (Rubiera), Noval, Barredo, Navarro, Santi Pérez, Sobrino, Santamarta, Antuña et moi... mais il ne vient personne derrière. Nous espérons qu’Alonso sera motivé pour créer une équipe.

- BC : Qu’y a-t-il de sûr en ce qui concerne l’équipe de Fernando Alonso ?

- Samu : Ce n’est pas une invention. L’information était réelle, après ça dépend de l’interprétation que chaque sportif lui donne. L’intention, elle y est, mais tout reste à faire. Pour l’instant je ne le vois pas comme une réalité en marche. Espérons que ça se fera, parce que ce serait bon pour tout le monde, d’avoir en Espagne, une équipe à gros budget, de premier niveau et compétitive.

- BC : Tu aimerais aller au Mondial de Melbourne ?

- Samu : C’est encore loin. Il peut se passer beaucoup de choses d’ici là. Partant de là, ce n’est pas d’actualité pour moi ou pour Valverde. Ca pourrait être une chance pour Oscar (Freire) qu’il ne doit pas laisser passer, et je serais enchanté de l’aider.

Traduit d’un article en espagnol paru sur biciciclismo.com


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Site web réalisé par webmaster-peloton.com