Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Partager...

Accueil du site > Les infos de l’équipe > Archives 2009 > Courses et résultats > 5e étape Vuelta a España : Aitor Hernandez leader de la montagne

5e étape Vuelta a España : Aitor Hernandez leader de la montagne

jeudi 3 septembre 2009

Grâce à sa présence dans l’échappée du jour, Aitor Hernandez devient le meilleur grimpeur de la Vuelta. Déclarations de Samuel Sanchez, Aitor Hernandez, Egoi Martinez et Iñaki Isasi.


André Greipel (Columbia) est le nouveau leader de la Vuelta a España, après avoir remporté sa seconde victoire consécutive au sprint (avec les bonifications correspondantes) lors de la 5e étape, courue sur 174 km, entre Tarragona et Vinaros. L’étape a été marquée par une échappée quasiment dès le départ, d’un groupe de 6 hommes, au sein duquel Euskaltel Euskadi comptait Aitor Hernandez. Celui-ci a profité de l’occasion pour passer premier la seule difficulté du jour et ainsi se vêtir du maillot vino de meilleur grimpeur. Les membres de l’équipe de Miguel Madariaga ont accompagné en permanence Samuel Sanchez dans la dernière partie du parcours, qui présentait des routes étroites, un risque de vent et une difficile côté de un kilomètre d’ascension et d’un kilomètre et demi d’une descente sinueuse, à 10 km de l’arrivée. Euskaltel Euskadi a passé avec force tous ces obstacles et pense déjà à la journée de demain, avec un parcours de 176 km avec départ et arrivée à Xativa.

Déclarations de Samuel Sanchez :

"Le bilan de la journée est positif, nous avons passé la journée sans incident notable, tout s’est bien passé. Il a fait très chaud et nous avons senti le changement de température par rapport aux jours que nous avons passés en Hollande et en Belgique. Dans la partie finale, il y a eu pas mal de tension, nous savions qu’il s’agissait d’une route locale avec beaucoup de virages et l’alto de la Ermita à 10 km de l’arrivée. Toutes les équipes voulaient être dans les premières positions pour affronter ce passage et mes co-équipiers m’ont emmené de façon phénoménale. Il m’ont très bien entouré et ça a été la clé pour passer la journée sans surprise".

Déclarations d’Aitor Hernandez, nouveau leader de la montagne :

"Pour la première fois depuis le début de la Vuelta, nous sommes allés dans une échappée, et nous avons pris le prix de la montagne, l’efficacité n’est pas mal. Sur ce terrain, nous courons mieux, en Hollande et en Belgique, c’était plus compliqué d’évoluer en course. Le fait de porter le maillot de la montagne est beau, je l’ai déjà porté à la Vuelta al Pais Vasco. Tu montes sur le podium et pour l’équipe c’est important qu’on voit nos couleurs, mais nous sommes venus pour essayer de gagner la Vuelta avec Samuel et je sais qu’un jour ou l’autre, je le perdrai. Le défendre n’est pas une priorité".

Déclarations d’Egoi Martinez :

"Moi, je suis un gregario et ce qui motive le plus un gregario, c’est d’avoir un bon chef de file pour qui travailler. Sur cette Vuelta, nous l’avons. Samu est très motivé et nous transmet cette confiance à tous. Je crois que pour la première fois depuis que je suis dans cette équipe, nous avons la possibilité de gagner un grand tour. L’équipe a passé un été difficile et nous avons besoin d’un grand bonheur. Je crois que dans cette Vuelta nous allons l’avoir. Jusqu’ici, la course n’a pas laissé entrevoir beaucoup de choses, mais je crois que lors du contre la montre de Valencia, les choses vont commencer à se clarifier. Après le Tour de France et la Clasica a San Sebastian, le corps semble se relâcher un peu, malgré les entrainements, et c’est vrai qu’il m’a été difficile de démarrer et d’entrer en course. Je crois qu’il s’agissait plus d’une fatigue psychologique que physique, mais j’ai déjà repris le rythme de compétition et je suis optimiste par rapport à mon rendement à partir de maintenant. La chute de la 4e étape n’a pas été grave du tout et je n’ai presque plus mal. Les sensations sont bonnes et j’espère être présent en montagne pour être aux côtés de Samuel et aider à la stratégie de l’équipe : partir dans les échappées, ou être avec lui dans les cols pour l’aider quand il faudra imprimer le rythme".

Déclarations d’Iñaki Isasi : "le bon chemin" :

Je crois que oui, que maintenant nous marchons sur le bon chemin. Sur les routes que nous empruntées de Tarragona à Vinaroz, je me suis senti bien, et il me semble qu’elles nous conduisent vers Madrid. Nous sortions de 3 jours, perdus, depuis que nous avions abandonné le circuit d’Assen. Je ne sais pas lors de quel rond-point ou duquel des mille croisements, nous nous étions trompés de route. J’en parlais avec un collègue du peloton, à moi, ces routes ne me vont pas. Iñigo Cuesta et Bingen Fernandez, qui en connaissent un morceau sur les routes, étaient d’accord avec moi. Eux, n’avaient jamais été de là-bas jusqu’à Madrid.

En fait, parfois nous nous courbions un peu. Nous ne trouvions pas le chemin et il nous semblait toujours arriver sur le même rond-point. En plus, il se mettait à pleuvoir, ça te faisait de la buée sur les lunettes, des soucis... L’urgence de retrouver la route le plus tôt possible nous a envoyé par terre...

Nous étions sur le point de jeter l’éponge quand est arrivée la journée de repos. Un jour sans tension. Nous avons pris le temps de nous assoir à table avec une carte et de chercher Madrid. Je crois qu’enfin nous avons trouvé la route. La chaleur, le paysage et les gens qui viennent nous voir nous sont plus familiers. Au cas où, on envoie Aitor Hernandez à l’avant. Avec l’anxiété de savoir si ce serait le bon chemin, il a monté à fond le premier col de la Vuelta, il est passé premier et du sommet, il nous a dit que oui, que c’était le chemin indiqué.

Sachant que nous allions dans la bonne direction, nous y sommes allés à fond. Il faut rattrapper le temps perdu dans des milliers de rond-points et de croisements. Dans la partie finale, nous avons un peu douté, une petite côte sur un terrain irrégulier a été dure, mais ce n’était qu’un mauvais rêve. Je suis sûr que nous allons sur le bon chemin.

Déclaration d’Iñaki Isasi traduite d’un article en espagnol paru sur elcorreodigital.com

Classement :

1º GREIPEL, André COLUMBIA 4:27:54
2º BOONEN, Tom QUICK STEP m.t.
3º BENNATI, Daniele LIQUIGAS m.t.
33º ISASI, Inaki EUSKALTEL EUSKADI m.t.
35º TXURRUKA, Amets EUSKALTEL EUSKADI m.t.
36º MARTÍNEZ, Egoi EUSKALTEL EUSKADI m.t.
39º SÁNCHEZ, Samuel EUSKALTEL EUSKADI m.t.
84º PÉREZ, Rubén EUSKALTEL EUSKADI m.t.
87º IRIZAR, Markel EUSKALTEL EUSKADI m.t.
93º ANTON, Igor EUSKALTEL EUSKADI m.t.
176º PÉREZ, Alan EUSKALTEL EUSKADI m.t. 1º
182º HERNÁNDEZ, Aitor EUSKALTEL EUSKADI a 4.38

Classement général :

1º GREIPEL, André COLUMBIA 19:40:23
2º BOONEN, Tom QUICK STEP a 0.06
3º CANCELLARA, Fabian SAXO BANK a 0.09
67º SÁNCHEZ, Samuel EUSKALTEL EUSKADI a 0.51
72º ISASI, Inaki EUSKALTEL EUSKADI a 0.53
87º IRIZAR, Markel EUSKALTEL EUSKADI a 1.02
100º MARTÍNEZ, Egoi EUSKALTEL EUSKADI a 1.07
110º PÉREZ, Alan EUSKALTEL EUSKADI a 1.14
113º ANTON, Igor EUSKALTEL EUSKADI a 1.16
119º TXURRUKA, Amets EUSKALTEL EUSKADI a 1.21
165º PÉREZ, Rubén EUSKALTEL EUSKADI a 8.54
178º HERNÁNDEZ, Aitor EUSKALTEL EUSKADI a 10.30

Portfolio

5e étape Vuelta España : Samu au départ 5e étape Vuelta España : Aitor Hernandez sur le podium 5e étape Vuelta España : Aitor Hernandez échappé 5e étape Vuelta España : Aitor Hernandez sur le podium

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Site web réalisé par webmaster-peloton.com