Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Partager...

Accueil du site > Les infos de l’équipe > Archives 2009 > Interviews et infos diverses > Samuel Sanchez : "Je disputerai la Vuelta à fond"

Samuel Sanchez : "Je disputerai la Vuelta à fond"

dimanche 30 août 2009

L’exemple des JO de Pékin où il s’est imposé après avoir couru le Tour à fond, laisse penser à Samu qu’il aura ses chances lors du Mondial de Mendrisio, même s’il se bat pour la victoire finale de la Vuelta a España. Interview.


- El Correo Digital (ECD) : En 2007, quand tu as terminé 3e, tu as vu que tu pourrais gagner la Vuelta un jour ?

- Samu : Entre la 3e et la 1e place, il y a loin. C’est compliqué. Dans une course de 3 semaines, beaucoup de facteurs influent. Ca ne dépend pas que de soi. Il y a les chutes, les maladies... Je crois que je peux être dans la bataille pour la Vuelta.

- ECD : Ton directeur sportif, Galdeano, dit que tu as corrigé les erreurs que tu commettais avant.

- Samu : L’âge t’apporte le maturité. J’ai été 6e du Tour et ça, ça donne confiance. Je me connais mieux. Je sais où je peux défaillir et j’essaie de l’éviter. A la Vuelta, il ne faut pas être le meilleur dans une discipline, mais le plus régulier partout. Le secret est de n’avoir aucune défaillance.

- ECD : Tu arrives sans avoir couru le Tour et avec un parcours qui te laisse quelques jours pour affiner les jambes.

- Samu : Oui. L’année dernière, par contre, il fallait monter Los Lagos à la 4e étape. Cette Vuelta me convient mieux.

- ECD : Tu es un coureur qui ne s’écroule pas. Résistant.

- Samu : Ce n’est pas que je m’améliore en cours de tour, c’est que je récupère mieux. Je maintiens mon niveau. Je me suis préparé pour ça. Comme l’a fait Alberto (Contador) sur le Tour. Il récupérait mieux que les autres.

- ECD : Comment on s’entraine pour ça ?

- Samu : En faisant beaucoup de kilomètres et en prenant de bonnes défaillances à l’entrainement. En juillet, quand j’étais encore un peu grassouillet, je suis rentré à la maison à plusieurs reprises, mort de faim. On apprend de tout.

- ECD : Tu sens que la Vuelta est plus à ta portée que le Tour ?

- Samu : Moi, je m’adapte à ce que veut l’équipe. Cette année, au Mondial c’est dur et ça peut bien me convenir. C’est pour ça que dès le début nous avons écarté le Tour. Dans le cyclisme il faut aussi voir le marketing, les intérêts commerciaux. Nous cyclistes, nous sommes des hommes-sandwich.

- ECD : Tu reviendras au Tour ?

- Samu : L’année dernière, j’y suis allé apeuré, parce que c’est une course qui m’avait fait tombé à deux reprises. Mais j’en ai profité. Et grâce à ce Tour, j’ai pris le coup de pédale qui m’a permis de gagner aux Jeux Olympiques. Je veux refaire le Tour.

- ECD : Comment s’est passée cette première année de champion olympique ?

- Samu : Mouvementée. Beaucoup de cérémonies, d’hommages... Mais je suis resté concentré.

- ECD : Tu parles d’un calendrier dirigé ver la Vuelta et le Mondial, le seul or qui te manque.

- Samu : Le remporter serait immense.

- ECD : Mais si tu disputes la Vuelta à fond, tu pourrais hypothéquer le Mondial ?

- Samu : Non. L’année dernière, j’ai gagné à Pékin après le Tour que j’ai terminé moulu. Je disputerai la Vuelta à fond.

- ECD : Après les contrôles positifs de Landaluze et Astarloza, tu ressens la pression d’être le sauveur d’Euskaltel Euskadi dans cette Vuelta ?

- Samu : Non, la pression c’est chacun qui se la met. J’ai les mêmes ambitions. Il faut savoir s’isoler de tout, de l’euphorie et de la tristesse.

- ECD : Le parcours sera très exigeant.

- Samu : Dur. Ce sera une Vuelta chaude. Spectaculaire, avec 5 arrivée au sommet. Pour le spectateur, ça va être formidable. C’est une édition façon Tour. Avec une première semaine intense, nerveuse, sur des terrains de classiques. Ensuite viendra le premier chrono et après la montagne.

- ECD : Et les rivaux ?

- Samu : Nombreux. Valverde, Basso, Mosquera, Tondo, Cunego, Evans, les Schleck... Le numéro un, c’est Valverde. Il arrive avec la rage parce qu’on ne lui a pas permis de faire le Tour.

Traduit d’un article en espagnol paru sur elcorreodigital.com


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Site web réalisé par webmaster-peloton.com