Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Partager...

Accueil du site > Les infos de l’équipe > Archives 2009 > Interviews et infos diverses > Koldo Fernández de Larrea "avec l’envie de gagner plus de courses"

Koldo Fernández de Larrea "avec l’envie de gagner plus de courses"

samedi 15 août 2009

Après le Tour de France, Getxo et Burgos, et avant la Vattenfall Cyclassics, l’Eneco Tour et le Tour de Grande Bretagne, interview de Koldo Fernandez de Larrea.


- koldofernandezdelarrea.com (KFLC) : Salut Koldo, comment ça va ?

- Koldo : Bien. En ce moment, je pense à bien courir lors des prochaines courses.

- KFLC : Ca fait quelques semaines que nous n’avons pas publié d’interview. La dernière était avant le Tour de France. Racontes-nous un peu le Tour...

- Koldo : Le Tour ne s’est absolument pas passé comme j’aurais aimé. Si déjà j’avais des doutes avant d’y aller, après la chute, tout est parti de travers. J’ai passé plusieurs nuits sans arriver à m’endormir avant 3 heures du matin, à cause des blessures, je me tordais sur le vélo et je me tenais mal, ce qui a fait que j’ai eu une tendinite au tendon d’Achile. En définitive, un désastre.

- KFLC : Après la déception du Tour, il fallait t’arrêter et prendre quelques jours de vacances ?

- Koldo : Oui, c’est ce que j’ai fait. Je suis parti dans les Îles Canaries pour déconnecter du cyclisme. J’ai passé 5 jour sans rien faire et ensuite j’ai commencé à m’entrainer très fort pour enlever cette épine que j’avais.

- KFLC : Et après, c’est Getxo, ta seconde victoire de l’année. Que s’est-il passé entre le Tour et Getxo ? Comment fait un coureur pour revenir si motivé ?

- Koldo : Ce que j’avais en moi, c’était de la rage et l’envie de montrer que je valait mieux que ce que j’ai pu montrer dans le Tour. Et après m’être arrêté 5 jours, je me suis mis à m’entrainer à fond et à me préparer à 200%.

- KFLC : Ta victoire à Getxo n’a pas été très commentée par la presse. Probablement parce que le même jour, nous avons appris le contrôle positif de Mikel Astarloza.

- Koldo : En fait, la joie a duré pendant deux heures. On m’a appelé pour me donner la nouvelle et nous le vivons tous avec inquiétude.

- KFLC : Comment vois-tu le futur de l’équipe ? Comment vis-tu, toi, ces moments ?

- Koldo : J’espère que ça va se régler. Le gouvernement, les institutions et les entreprises basques doivent tenter de faire continuer à avancer cette équipe, parce que c’est une équipe unique dans le monde et que dans le peuple basque, il y a un vrai amour pour le cyclisme. Si cette équipe disparaissait, beaucoup d’entre nous s’en rappelleraient.

- KFLC : Après Getxo, il y a eu la Vuelta a Burgos. Tu remportes la première étape, et tu deviens leader de l’épreuve. Ca doit être beau, non ?

- Koldo : L’objectif était de gagner une étape et le maillot de leader a été une récompense supplémentaire. Mais nous avons tous l’espoir d’être le leader d’une course un jour.

- KFLC : La 3e étape aussi était pour toi, mais il y a eu une chute à 2 km de l’arrivée... Que s’est-il passé exactement ?

- Koldo : Ce jour là, tout est allé de travers. Certains co-équipiers n’allaient pas bien et n’ont pas pu m’aider. Samuel Sanchez qui était en train de m’aider a vu Garzelli tomber juste devant lui. Il est tombé aussi et je me suis retrouvé distancé. J’ai réussi à revenir à 1 km de la ligne et j’ai pris la roue de Baden Cooke, mais pas de chance, ses lanceurs ne roulaient pas assez fort et nous avons été dépassés par la droite par les coureurs de Topsport. Je me suis retrouvé enfermé entre eux et la barrière. Aussi, je n’ai pu sprinter que sur les derniers mètres, quand j’ai pu trouver un passage.

- KFLC : Après ces deux victoires, comment va le moral ?

- Koldo : Mieux. Mais je veux en remporter d’autres, parce que la seule façon que nous avons pour aider à régler tout ça, c’est en gagnant des courses.

- KFLC : Et maintenant, Vattenfall Cyclassics, l’Eneco Tour et le Tour de Grande Bretagne. Il y a un de ces lieux où tu peux faire quelque chose de beau ?

- Koldo : Dans n’importe laquelle de ces courses. Je suis bien et ce sont des courses qui peuvent convenir à mes caractéristiques.

- KFLC : Finalement, tu ne seras pas à la Vuelta a España...

- Koldo : Je suis à fond depuis février et la Vuelta a España serait trop longue pour moi, sans parler du parcours qui est assez dur. Et Samuel, après avoir fait un podium, mérité une équipe qui l’entoure à 100%.

- KFLC : Le grand objectif de l’équipe est de gagner la Vuelta avec Samuel Sanchez. Comment va l’équipe ?

- Koldo : L’équipe est motivée et elle a envie de faire de grandes choses.

- KFLC : Tu le disais, depuis le mois de février, tu n’as pas eu un mois sans course. Ca doit être dur.

- Koldo : Oui, bien-sûr, c’est long, mais nous, sprinters, nous devons êtres capables de gagner quand nous sommes bien et quand nous ne sommes pas si bien.

Traduit d’un article en espagnol paru sur koldofernandezdelarrea.com


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Site web réalisé par webmaster-peloton.com