Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Partager...

Accueil du site > Les infos de l’équipe > Archives 2009 > Interviews et infos diverses > Igor Anton : "J’ai vu la victoire de Laiseka en tant que supporter et (...)

Igor Anton : "J’ai vu la victoire de Laiseka en tant que supporter et maintenant c’est à moi"

mardi 30 juin 2009

Interview d’Igor Anton qui se souvient de sa mauvaise expérience sur le Tour de France 2007 qui lui a servi pour apprendre et progresser. Il revient motivé et en forme pour gagner une étape avec arrivée en altitude.


- El Correo Digital (ECD) : Tu reviens au Tour, une course que tu n’as pas pu terminer en 2007.

- Igor : Je reviens bien, avec de bonnes bases. Il me manque un tout petit peu pour être au maximum de ma force physique. Si je l’acquiert sur le Tour... Je sais que j’arrive bien. Moralement aussi.

- ECD : Pour une victoire d’étape.

- Igor : C’est l’objectif. Jusqu’ici, je n’ai rien démontré sur le Tour. J’y vais cette année pour me montrer à moi-même que tout le monde est fait de chair et d’os. Je suis plein d’espoir.

- ECD : En 2001, Laiseka a remporté la première des deux victoires d’Euskaltel au Tour. Tu as vu cette victoire en direct ?

- Igor : Oui, j’étais là-bas, au bord de la route, à encourager. Je ne l’oublierai jamais. C’était comme un rêve. C’était le premier Tour de l’équipe et la dernière étape de montagne. Il semblait impossible qu’il puisse gagner, mais regarde, "Rober" l’a fait.

- ECD : Maintenant, c’est ton tour. Du bord de route à l’asphalte.

- Igor : Oui. J’en parlais à l’instant avec Koldo Fernandez de Larrea, qui, pendant un moment, ne savais pas s’il allait au Tour ou pas. Je l’ai encouragé. Je lui ai dit que nous sommes quelques privilégiés. Tu passes ta vie à tenter de devenir professionnel. Tu y arrives et tu penses à courir le Tour une fois. Et là, regarde, nous y sommes.

- ECD : Tu as effacé le mauvais souvenir de ton abandon ?

- Igor : Oui. C’est un mauvais souvenir, mais aussi il est bon. Maintenant je respecte encore plus le Tour et ça m’oblige à faire plus d’efforts pour l’affronter. Il faut aussi apprendre des mauvaises choses. Cette année j’y vais avec l’intention de mettre à profit la possibilité qui surgira. Il y a trois arrivée en altitude, et j’aimerais créer la surprise.

- ECD : Que ressens-tu quand le n°1 Contador te met dans la liste des coureurs à contrôler ?

- Igor : Bon, il a parlé de moi au Dauphiné Libéré. Ce n’était pas au sujet de Tour. Mais c’est un bon signal que quelqu’un comme lui me prenne en compte. Mais je préfère plus qu’on m’oublie un peu pour avoir un peu plus de liberté.

- ECD : Tu as déjà 26 ans. Tu t’approches de la maturité en tant que cycliste.

- Igor : Oui, les années passent vite. On ne se rend pas compte, mais c’est déjà ma 5e saison. En 2007 le Tour a mal tourné. Manque d’expérience, mauvaise forme physique... Peu à peu tu apprends que dans ce sport la partie mentale est très importante.

- ECD : Armstrong ou Contador ?

- Igor : Contador. Armstrong est une machine, mais les années passent. Du Giro au Tour, il se sera sûrement amélioré. Il se battra beaucoup, mais de là à gagner, c’est autre chose. Je crois qu’il va lui manquer quelque chose pour remporter son 8e Tour.

- ECD : Quand tu as débuté comme professionnel, tu demandais des autographes à des coureurs comme Bettini. Tu as la signature d’Armstrong ?

- Igor : Non. Mais c’est un coureur qui m’a toujours plu.

Traduit d’un article en espagnol paru sur elcorreodigital.com


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Site web réalisé par webmaster-peloton.com