Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Partager...

Accueil du site > Les infos de l’équipe > Archives 2009 > Interviews et infos diverses > Samuel Sánchez : "Le favori numéro un, c’est Alberto Contador"

Samuel Sánchez : "Le favori numéro un, c’est Alberto Contador"

lundi 6 avril 2009

Interview de Samuel Sanchez qui revient sur son arrivée en Euskadi et qui envisage ses chances sur cette 49e de la Vuelta al Pais Vasco.


- El Correo Digital (ECD) : Samedi, tu t’es retiré du GP Indurain. Un problème ?

- Samu : Non. L’important commence maintenant.

- ECD : La moitié de la Vuelta al Pais Vasco se déroulera entre Zalla et Güeñes, ton autre foyer. Quel souvenir as-tu de ton arrivée ici ?

- Samu : C’était la fin de ma première année d’amateur. Je suis arrivé en voiture, derrière Tomas (Amézaga, mécanicien d’Euskaltel Euskadi). Sa famille, qui vit en face, m’a laissé sa ferme. L’accès n’était pas goudronné. C’était une piste. C’était bien pour y vivre.

- ECD : Tu as dormi seul la première nuit ?

- Samu : Non. Les premières nuits, je suis resté dans la maison des Amézaga. Il maquait un meuble dans la ferme, le réfrigérateur, je crois.

- ECD : Comment t’es-tu adapté au changement, de vivre à Oviedo avec ta famille à vivre dans une ferme ?

- Samu : J’étais à moitié habitué. Avant d’arriver à Güeñes, j’avais partagé un appartement à Galdakao avec d’autres cyclistes. J’ai eu la chance de trouver la famille Amézaga. Je me suis senti parfaitement bien, c’est vrai, j’ai toujours été très bien à Güeñes. Ca se passait terriblement bien.

- ECD : Tu étais encore amateur. Et tu as tout parié sur le rêve d’être cycliste. Un risque.

- Samu : Bien sûr c’était très présent. J’étais jeune. J’avais bien marché lors de ma première année en amateur et je voulais essayer. J’ai pris ce chemin et je ne voulais pas en sortir. Miguel (Madariaga, manager d’Euskaltel Euskadi) m’avait déjà dit que si je continuais comme ça, il y aurait une place pour moi dans l’équipe professionnelle.

- ECD : Bien que tu sois Asturian. Tu as pensé que ça pourrait être un obstacle pour entrer dans une équipe avec seulement des coureurs basques ?

- Samu : Non. Moi j’ai confiance dans les gens. J’ai eu confiance en Miguel et je ne me suis pas trompé.

- ECD : C’est sûr. Maintenant, tu es, avec Contador, le favori pour remporter la Vuelta al Pais Vasco qui passe à Güeñes.

- Samu : Il y a d’autres candidats. Tant mieux s’il n’est question que de lui et moi. Ce sera que tout ira bien pour moi. Le favori numéro un c’est Alberto. Pour ce qu’il est et pour ce qu’il a fait cette année.

- ECD : Contador fait peur. Il a même gagné le prologue de Paris-Nice.

- Samu : Et il domine comme personne en montagne. Contador n’a pas de fissure. Pour lutter pour la victoire finale, il faut être à son niveau. Sinon, c’est impossible.

- ECD : Tu le connais bien, vous êtes amis.

- Samu : C’est pour ça que je dis qu’il n’a pas de fissure, parce que je le connais.

- ECD : Sur la Vuelta al Pais Vasco, on ne parlera pas d’Armstrong, le grand sujet de la saison.

- Samu : Ca aussi c’est bon. Son retour a été positif, mais il nous a fait un peu d’ombre à tous. Sur la Vuelta a Castilla y Leon Sobrino a gagné la première étape. Il lutte pour se faire une place dans le camps professionnel, et personne ne s’est souvenu de lui. Seulement de la chute d’Armstrong. On parle d’Armstrong, pas de cyclisme. Sur la Vuelta al Pais Vasco, on va parler de cyclisme.

- ECD : Ce qui est sûr, c’est qu’on ne l’a pas vu si bien que ça.

- Samu : Le vélo et la route nous mettent tous à notre place.

- ECD : La première étape du tour basque comporte 9 ascensions. Danger s’il y a de la pluie. Tu préfère ainsi ?

- Samu : Non, ça nuit à la course. Le beau temps encourage tout le monde, les cyclistes et les spectateurs.

- ECD : Tu dis que Contador n’a pas de fissure, mais toi tu es plus habile dans les descentes.

- Samu : Bon. Alberto descend bien. Pour le lâcher, il faudrait que ce soit une descente plus longue, avec le temps pour les coureurs perdent leur concentration. C’est comme en moto ou au tennis. Dans une longue descente, tu ne peux pas perdre ta concentration une seule seconde. Sinon, c’est la chute.

- ECD : Contador annonce qu’il vient pour gagner la Vuelta al Pais Vasco.

- Samu : C’est Alberto Contador. Il peut le dire. Il sait qu’il est bien. Moi, j’ai gagné à Llodio, mais c’est une course d’un jour. Je donnerai tout, mais il faudra que toutes les circonstances jouent en ma faveur.

- ECD : Tu as dit que tu as confiance dans les gens. Tu continues à être aussi confiant maintenant que tu es champion olympique ?

- Samu : Bon. Il y a toujours des gens qui s’attachent par intérêt. Mais j’ai la chance d’avoir de très bons amis et une très bonne famille. Et ils me font garder les pieds sur terre. Je sais distinguer celui qui vient pour prendre quelque chose. Il faut faire confiance aux amis de toujours.

Traduit d’un article en espagnol paru sur elcorreodigital.com


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Site web réalisé par webmaster-peloton.com