Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Partager...

Accueil du site > Les infos de l’équipe > Archives 2009 > Interviews et infos diverses > "L’objectif principal c’est le Tour et arriver là-bas le plus frais (...)

"L’objectif principal c’est le Tour et arriver là-bas le plus frais possible"

mercredi 28 janvier 2009

Interview conjointe d’Igor Anton et Mikel Astarloza lors de la deuxième journée du rassemblement de l’équipe à Calpe, en début de saison.


- Gara : Comment arrivez-vous au début de la saison, après la chute de la Vuelta dans le cas d’Igor et après une saison chargée d’efforts pour Mikel ?

- Mikel : J’ai eu un hiver très tranquille, avec un mois et demi de retard par rapport à l’année dernière. Je m’entraine une heure de moins par jour par rapport à l’habitude. L’année dernière, j’ai commencé en Australie avec déjà 6000 km et à Mallorca je débuterai avec 4000 km comme beaucoup. Je vais très peu courir au début. L’objectif principal c’est le Tour et arriver là-bas le plus frais possible. L’année dernière, j’ai terminé 5 tours dans les 10 premiers et je suis content de cette régularité. J’ai disputé tous les classements généraux que j’ai couru sauf le Tour où j’étais moins bien. Il m’a manqué la dernière semaine, surtout l’étape de l’Alpe d’Huez où j’ai perdu une grosse minute. J’ai terminé 15e, ce qui n’est pas mal, mais je suis parti avec un petit goût amer. Content de mon rendement, mais conscient que le fait d’avoir été au top toute l’année m’a couté cher. Cette année, nous partons sur un plan totalement différent pour ne pas que ça se reproduise. Depuis la fin de la Vuelta, l’équipe m’a dit que je débuterai doucement. Jusqu’en juin je serai tranquille, je courrai sans pression et je profiterai du cyclisme. Et à partir de juin, j’assumerai la responsabilité. C’est beau d’être devant et d’assumer un rôle déterminé et j’ai hâte qu’arrive le mois de juillet.

- Igor : Depuis que je suis tombé à la Vuelta, le 13 septembre et jusqu’à peu, j’avais des problème à la jambe. Ca allait bien, mais je devais récupérer la musculature. Maintenant, je l’ai presque pareil que l’autre. J’ai fait 45 jours de rééducation à Derio. Je me suis cassé la clavicule, mais ça s’est vite remis. Maintenant je repars à zéro. Je suis en rodage. Jusqu’ici j’ai fait 3 heures et demi au maximum et demain (mercredi 28 janvier) ce sera 4h et on verra comment j’assimile les efforts. Je ne suis pas pressé. Je commence tranquille. Les objectifs sont en juillet et c’est pour ça que je n’ai fait que 2000 ou 2500 km, la majorité à très basse intensité. Là où j’ai le plus travaillé, c’est au gymnase.

- Gara : Quel sera votre calendrier ?

- Mikel : Moi je courrai deux ou trois jours à Mallorca, Murcia, au Critérium International, Estella et Amorebieta et ensuite un second bloc de préparation important avec le Tour de Romandie, la Volta a Catalunya et le Dauphiné avant le Tour. En nombre de jours, je courrai un peu moins, surtout ce qui change, c’est la façon d’aller sur un tour en sachant que je ne disputerai pas le général. Je lèverai le pied et je roulerai plus tranquille pour arriver au Tour le plus frais possible.

- Igor : Moi je commence le 1e mars à Almeria et ensuite, je vais à Murcia, Castilla y Leon, Laudio et Estella pour monter petit en petit et à partir de mai, faire un travail plus spécifique en Romandie, Catalunya, et l’Euskal ou le Dauphiné. Dans ces courses, comme beaucoup, je viserai une étape pour voir si je peux réussir et pour arriver le mieux possible au Tour qui est une course très exigeante. Vu qu’il y a deux ans, j’ai souffert et j’ai du me retirer au bout de 12 jours, cette année je veux y aller avec une très bonne préparation et j’essaierai d’être bien jusqu’au bout.

- Gara : Comment vivez-vous ce rassemblement ?

- Igor : Comme les autres années, à part que cette année, comme j’ai été arrêté, j’arrive avec plus d’espoir de mettre à profit des quelques jours. C’est bien pour former un groupe et pour connaitre les nouveaux et en plus on profite du climat.

- Mikel : Moi la première semaine de janvier je suis allé à Cadiz quand il y avait la neige à Donostia (San Sebastian). Il a commencé à neiger, j’ai pris la valise et je suis allé à l’endroit où le temps était le meilleur. Même si je dois démarrer tranquille et si je ne dois pas beaucoup m’entrainer, on apprécie toujours le temps qu’on a pour ce rassemblement, pour bien s’entrainer puis rentrer à la maison et récupérer. En plus on verra des étapes de la Vuelta, ce qui montre que l’équipe fait très bien les choses. L’année dernière nous avons vu les étapes du Tour et s’est agréable d’avoir toute l’aide possible.

- Gara : Comment ça se passe de jouer son année avec quasiment une seule carte et d’avoir toute la responsabilité pour le Tour ?

- Mikel : J’ai toujours été un coureur qui se donnait beaucoup et maintenant on me demande le contraire, de tout garder pour juin et juillet. Ce sera une arme à double tranchant. Le Dauphiné je le ferai pour montrer à mon équipe et à moi-même que je suis là, que le plan se déroule parfaitement et que je serai à 100% à Monaco. L’année dernière il y avait 3 leaders et les choses ne se sont pas aussi bien passées que nous l’espérions parce qu’Haimar était moins bien que ce qu’on espérait et que moi je suis arrivé fatigué à la 3e semaine. Samuel était très bien. Cette année nous changeons nos plans. Igor disputera les étapes et sera l’homme qui aura plus de liberté dans la montagne et moi j’essaierai d’être régulier et de bien placer au général, sans oublier la victoire d’étape, qui est ce que les gens et l’équipe veulent.

- Igor : Moi je veux disputer les étapes de montagne du Tour, parce que pour penser au général, il faut le connaitre mieux. Pour le général de la Vuelta, j’ai cette expérience, mais je ne l’ai pas pour le Tour. Je ne pense pas que la chaleur me gênera pour bien faire sur le Tour. Les courses que j’ai gagnées ont été sous le froid et la pluie, mais j’ai toujours pensé que je peux avoir de meilleurs résultats avec la chaleur. Je sais que j’ai les qualités pour bien faire, mais il faut de l’expérience, et c’est ce qui me manque. Préparer la Vuelta a bien fonctionné et c’est une motivation. Il faut savoir arriver bien, sans perdre la forme et on ne peut pas tout donner dans d’autres courses. L’idée est d’arriver au départ du Tour, qui est plus exigent, comme je suis arrivé à la dernière Vuelta. Je ne veux pas penser à après le Tour, même s’il me semble que courir deux grands tours est très exigent, mais je comprends que l’équipe me demande toujours plus.

Traduit d’un article en espagnol paru sur gara.net


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Site web réalisé par webmaster-peloton.com