Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Partager...

Accueil du site > Les infos de l’équipe > Archives 2009 > Interviews et infos diverses > Samuel Sanchez : "2008 restera dans ma tête et dans mon coeur"

Samuel Sanchez : "2008 restera dans ma tête et dans mon coeur"

samedi 20 décembre 2008

Interview de Samu, qui revient sur son excellente saison 2008 et fait le point sur son programme à venir.


- Synooh : Samu, je suppose que le titre olympique fait que 2008 restera inoubliable pour toi, non ?

- Samu : Je suppose. C’est quelque chose que je garderai dans ma tête et dans mon coeur jusqu’à ma mort.

- Synooh : Tu as du changer ton calendrier et aller au Tour pour préparer les Jeux, en renonçant à la Vuelta a España et beaucoup t’ont dit ’fou’ : tu étais si sûr de pouvoir faire quelque chose de grand à Pékin ?

- Samu : Pas seulement à Pékin, mais aussi au Tour de France, où j’ai été 6e et où j’ai fait quelques étapes remarquables. L’idée que nous avions était de terminer le Tour le mieux possible pour arriver à Pékin en bonne forme.

- Synooh : Après tant de travail, quelle est la première chose qui t’est venue en tête quand tu as pu enfin lever les bras ? C’est une image que nous n’oublierons pas, nous les amateurs de cyclisme...

- Samu : La vérité c’est que quand j’ai passé la ligne, j’avais la tête un peu vide, mais quand je me suis rendu compte de ce que je venais de faire, j’ai pensé : "Je me le suis payé..." (rires)

- Synooh : Et le moment du podium, pendant l’hymne... Comment décrirais-tu ce que tu as ressenti à ce moment ?

- Samu : Bon, c’est quelque chose de très étrange, en fait, il passe plein de souvenirs de ta vie dans ta tête, très vite. Je ne sais pas, c’était comme une sensation de jubilation et avec beaucoup d’émotion en même temps.

- Synooh : Au niveau collectif, l’équipe n’a pas non plus fait une mauvaise saison, même si elle s’est terminée un peu amèrement avec la chute d’Igor à la Vuelta... Quel bilan fais-tu de la saison de l’équipe ?

- Samu : La saison ne s’est pas mal passée, comme on l’a dit dans beaucoup de médias. Il y a eu des bons et des mauvais moments, comme ça arrive dans toutes les équipes, le cyclisme est comme ça, mais gagner une Olympiade n’arrive pas tous les jours. Nous devons être content du bilan global de la saison.

- Synooh : Igor nous disait, il y a quelques semaines, qu’il a vécu ta victoire alors qu’il courrait à la Vuelta a Burgos, dans l’autobus de l’équipe, et ça a été un fête incroyable. Je suppose que les premiers jours le téléphone a chauffé...

- Samu : J’ai cru devenir fou à Pékin. Il n’a pas arrêté de sonner pendant 3 jours (rires).

- Synooh : Pour changer un peu de sujet, lors du dernier Tour de France, tu as été 6e et seulement un mauvais jour dans le Tourmalet t’a empêché de monter sur le podium des Champs Elysées. Chaque année tu es plus régulier et plus fort dans les grands tours, en plus de te confirmer comme un grand coureur de courses d’un jour. Jusqu’où crois-tu pouvoir arriver ?

- Samu : Chaque année, j’essaie de me fixer des objectifs accessibles, et petit à petit j’arrive à réussir ce que je me fixe. Je préfère progresser pas à pas parce que je ne sais pas exactement jusqu’où je pourrai aller.

- Synooh : L’année prochaine, tu centreras ton calendrier sur la Vuelta et le Mondial. Je suppose que le seul objectif sur la Vuelta, après avoir été sur le podium, c’est de remporter la victoire finale, non ?

- Samu : Je pense qu’il faut être ambitieux et partir avec cet objectif. Après, ce sera la route qui parlera...

- Synooh : Et d’un autre côté, le Mondial en Suisse a un parcours qui te va comme un gant. Nous espérons que le pari se passera bien et que 2009 sera encore mieux que 2008...

- Samu : J’espère pouvoir remporter d’autre victoires importantes, mais je considère aussi important de faire une saison équilibrée et assurer pendant une grande partie de la saison.

- Synooh : Tu as resigné chez Euskaltel, je pense que ça te donnera la tranquillité nécessaire pour te centrer exclusivement sur l’aspect sportif, non ?

- Samu : Je suppose. Un cycliste a besoin de beaucoup de tranquillité et d’une concentration totale pour donner son meilleur niveau. Ce contrat fera que j’aurai la tranquillité nécessaire et j’espère que les résultats me donneront raison.

- Synooh : Au moins ici, en Espagne, 2008 a été l’année où le public a retrouvé de l’intérêt pour votre sport. Crois-tu qu’en dehors des exploits du cyclisme espagnol, qui a tout gagné l’année dernière, le public prend conscience du fait que le cyclisme est beaucoup plus propre que ce qu’il y parait ?

- Samu : En fait, des fois, ce n’est pas entre nos mains. Dans la presse on donne beaucoup plus d’importance aux sujets extra-sportifs qu’aux courses, et il faut que ça cesse. Le cyclisme est ainsi un peu par la faute de tous.

- Synooh : Moi je considère que le traitement que la presse réserve au cyclisme est assez injuste...

- Samu : Je le crois aussi. On ne parle pas du cyclisme de la même manière que des autres sports. Je crois que le cyclisme ne mérite pas le traitement qu’il a reçu ces dernières années.

- Synooh : Si on regarde en arrière, tu as débuté le cyclisme dans tes Asturies natales. Qu’est-ce qui t’a conduit, quand tu étais petit, à choisir le vélo ?

- Samu : J’ai toujours fait du vélo, et je crois que dès mon enfance, j’ai toujours été un compétiteur. Je me souviens que mon père sortait à vélo avec les amis et moi je protestais parce que je voulais aller avec eux, et c’est comme ça que je m’y suis accroché, peu à peu. C’est comme ça que tout a commencé.

- Synooh : Quel souvenir as-tu gardé de ton passage par les catégories inférieures ?

- Samu : Ca a été la période la plus amusante et belle, tout était un jeu et une manière de prendre du bon temps avec les amis. De fait, aujourd’hui, nous sommes restés très liés.

- Synooh : Tu crois que les moments les plus durs dans la carrière d’un cycliste sont avant d’arriver professionnel ?

- Samu : Pour moi, l’année la plus dure a été la première année en tant que professionnel, avec la mort de ma mère. Ca a été un coup énorme.

- Synooh : Pour terminer, Samu, un petit test pour te connaître u peu mieux :

Comment te définirais-tu en 3 mots ? Calculateur, méthodique et accessible.
Ta principale vertu ? Je préfère que ce soit ceux qui me connaissent qui le disent.
Ton pire défaut ? Je ne suis pas du tout ponctuel.
Un cycliste ? Laurent Jalabert.
Un chanteur ou un groupe de musique ? El Canto del Loco, Michael Jackson, Madonna...
Un lieu où vivre ? Oviedo ou Güeñes.
Un lieu où se perdre ? San Francisco, en Californie.
Tu ne pourrais pas vivre sans... Ma famille.
Un vice avouable ? La vitesse.
Tu vois plutôt le verre à demi plein ou à demi vide ? Ca dépend beaucoup de la situation.

Traduit d’un article en espagnol paru sur synooh.com


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Site web réalisé par webmaster-peloton.com