Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Partager...

Accueil du site > Les infos de l’équipe > Archives 2008 > Interviews et infos diverses > Igor Antón récupère de sa chute à la Vuelta a España

Igor Antón récupère de sa chute à la Vuelta a España

mercredi 1er octobre 2008

Quelques nouvelles d’Igor Anton, tombé lors de la 13e étape de la Vuelta et opéré par la suite à Bilbao. Interview du coureur basque.


Le cycliste d’Euskaltel Euskadi, Igor Anton, se remet de sa chute lors de la 13e étape de la Vuelta a España, qui se disputait le 13 septembre sur 210 km entre San Vicente de la Barquera et le col de l’Angliru, journée reine de l’épreuve. Le coureur basque réalisait une grande course lorsqu’il est tombé dans la descente du Cardal, le col qui précédait la montée vers l’Angliru, et il dut abandonner. Le diagnostic du centre médical où il fut examiné à Oviedo fut clair : fracture de la clavicule et à la hanche.

Après avoir été opéré à la clinique Guimon de Bilbao, Fuji récupère dans le calme. Il n’est nullement pressé, puisque la saison s’est terminée pour lui au moment où a glissé sa roue avant sur le chemin vers l’Angliru. A son domicile, il récupère de ses lésions.

- Fundacion Euskadi (FE) : Comment vas-tu Igor ?

- Igor : Bon, maintenant un peu mieux qu’il y a une semaine. Les premiers jours après la chute et l’opération ont été plus compliqués. Tu passes d’une activité maximum pendant toute la journée, la routine de la course, concentré, à ne même pas pouvoir bouger. C’est un très grand contraste et on sent la différence. Maintenant, ça s’améliore petit à petit.

- FE : Tu as beaucoup pensé à la chute ?

- Igor : J’y ai repensé plusieurs fois. La course était bien partie et j’avais de bonnes sensations. Dans la première partie de la saison, je n’ai pas pu en profiter du tout à cause d’un problèmes aux tendons. Toutefois, dans cette seconde partie, tout allait bien et j’étais content du rendement que j’avais dans la Vuelta. J’avais passé les deux premières semaines avec de bonnes sensations...

- FE : Tu as fait un bon chrono à Ciudad Real.

- Igor : Dès le premier jour on a travaillé pour que les choses se passent bien. Dans le chrono par équipes de Granada nous terminons seconds, juste derrière Liquigas, qui avait une équipe très puissante. Dans les étapes plates nous avons roulé toujours groupés et en tête du peloton, et ça m’a évité les chutes, les cassures... Les co-équipiers me positionnaient toujours très bien. Et au chrono de Ciudad Real j’ai beaucoup souffert, c’était un tracé peu commode pour moi, mais j’ai obtenu un bon résultat. Je pensais que perdre 3 minutes aurait été bien et je n’ai perdu que 2’30. Bon bilan.

- FE : Et le jour fatidique est arrivé en route vers l’Angliru, un col qui te faisait envie.

- Igor : En fait, je suis resté sur mon envie de monter ce col en compétition. C’est une montée très dure, et même si je l’avais déjà montée à l’entrainement, c’est toujours différent en course. C’est le col phare de la Vuelta et j’aurais aimé le monter et me tester, savoir jusqu’où j’aurai pu arriver. C’est une ascension qui a beaucoup d’attrait pour les supporters et ça aurait été bien de le monter. Il faudra attendre une autre occasion.

- FE : Certains te mettaient sur le podium de la Vuelta.

- Igor : Ca c’est beaucoup dire, moi je suis très prudent. Il y avait de très bon coureurs en course, il suffit de voir le podium avec Contador, Leipheimer et Sastre. La seule chose que je peux affirmer c’est que j’étais bien et que je voulais donner le meilleur de moi-même. J’aurais aimé remporter une étape de la Vuelta, et si dans les étapes de montagne, on ne cède pas et on reste en tête, c’est normal qu’on occupe une bonne place au général. Il y aura d’autres opportunités.

- FE : Comment as-tu vu tes co-équipiers depuis chez toi ?

- Igor : Je pense qu’ils ont fait une bonne Vuelta. Dans les journées avec arrivée au sprint, ils ont travaillé parfaitement pour Koldo, qui tôt ou tard gagnera dans un grand tour par étapes parce qu’il a les qualités pour le faire. Et dans celles qui se jouaient de loin, dans les échappées, il y avait toujours quelqu’un. Les 4 jours de Egoi en jaune ont été un délice, et ça j’ai pu le vivre en course.

- FE : Quand te verrons-nous à nouveau à vélo ?

- Igor : La chute a eu lieu dans la partie finale de la saison et je n’ai pas eu l’urgence de me remettre pour reprendre la compétition. Nous avons donc décidé d’aller prudemment et tranquillement pour récupérer pleinement. L’évolution est bonne et nous espérons que ça continue ainsi. Ca s’améliore et je ne suis pas pressé, jusqu’à la mi-novembre, je resterai calme, même si déjà j’ai envie d’aller rouler à vélo.

Traduit d’un article en espagnol paru sur fundacioneuskadi.com


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Site web réalisé par webmaster-peloton.com