Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Partager...

Accueil du site > Les infos de l’équipe > Archives 2008 > Interviews et infos diverses > Le retour programmé d’Aitor Galdos

Le retour programmé d’Aitor Galdos

dimanche 28 septembre 2008

Deux mois après sa brutale chute pendant l’entrainement, Aitor Galdos va mieux et pense déjà à son retour dans le peloton.


L’accident a eu lieu dans les derniers jours du mois de juillet, au cours d’un entrainement. "Nous nous entrainions pour le Circuito de Getxo, nous avions fait 5 heures et nous rentrions à Derio. Au niveau de Lezama, nous préparons un sprint pour Koldo Fernandez de Larrea. A ce moment ma chaine a sauté. J’ai volé par dessus le vélo et je suis tombé sur la tête, parce que les bras sont restés derrière. Je ne me souviens de rien d’autre".

Sur son visage les séquelles sont encore bien visibles. A côté de son oeil droit, une cicatrice nécessitera encore de la chirurgie. "Un centimètre de plus et je perdais l’oeil" dit-il. Mais une fois passés les pires moments où les blessures font souffrir, la seule chose qui l’ennuie c’est d’avoir perdu la moitié de la saison, "et en plus quand j’étais au mieux. Les cyclistes nous sommes comme ça" ajoute-t-il.

Pour sa seconde saison chez Euskaltel Euskadi, Galdos avait réussi à réaliser un bon début de saison. Parmi les meilleurs au GP de Llodo, au GP Miguel Idurain ou à la Flèche Wallonne, il aurait aimé faire partie de l’équipe pour la Vuelta a España. "Vu le forme dans laquelle j’étais, j’en aurais fait partie sans problème" assure-t-il. Mais en un instant, tous ses plans ont disparu. La chute a été brutale. "Je ne me souviens de rien, la plus grande peur a été pour mes co-équipiers qui m’ont vu couvert de sang et inconscient". Il fut transporté à l’hôpital de Galdakao et après avoir vérifié que le coup à la tête n’aurait pas d’effet, il est rentré chez lui pour débuter une longue récupération.

"Quand je me suis vu comme ça, j’ai pensé que tout était terminé. C’est très dur de voir sa famille dans cette situation. Devant moi ils ne disait rien, mais je sais comment ils le vivaient. Plus que pour soi, on souffre pour eux. Mais après, on passe par dessus et on veut aller de l’avant. C’est le médecin qui m’a maintenu arrêté plus longtemps, moi j’aurais recommencé avant, mais je me suis dit d’y aller tranquille, que bien que ça aille dans la vie normale, il était trop tôt pour reprendre le vélo. Galdeano et Madariaga m’ont aussi dit de ne pas me presser. Jon Odriozola m’a démontré qu’en plus d’être un bon directeur sportif, il est une personne exceptionnelle. Il est venu à l’hôpital, il voulait rester là et ça c’est appréciable".

Après un mois à attendre, ça a enfin été le retour à l’entrainement. "Le premier jour où je suis retourné m’entrainer, je voulais mourir. J’étais très mal et je doutais de pouvoir continuer à courir à vélo. En un mois on perd beaucoup, mais je ne pensais pas que ça me couterait tant de recommencer. Maintenant c’est passé, mais ça a été très dur. Maintenant ce que je veux prouver, c’est que je peux revenir au niveau où j’étais, et bien faire les choses".

"C’est une motivation pour l’année prochaine. Je sais qu’il faut profiter de l’instant, parce qu’à n’importe quel moment il peut t’arriver quelque chose. C’est une expérience et je sais que quand on est bien, il faut en tirer le meilleur parti. On ne peut pas laisser passer les opportunités, parce que regardez ce qui m’est arrivé, ou le cas d’Igor Anton".

Galdos restera chez Euskaltel Euskadi au moins une saison de plus, après être arrivé dans la formation orange en 2007. Bien que son contrat se termine à la fin de l’année, les responsables de l’équipe lui ont assuré de le renouveler après son accident. "Ca m’a servi pour m’occuper de ma récupération et ne pas me centrer sur mon contrat" explique-t-il. Mais pour l’instant la question n’est pas à la saison prochaine. Il reviendra le 5 octobre au Tour de Vendée et l’objectif est d’être à un bon niveau pour pouvoir courir les deux dernières grandes classiques : Paris-Tour et le Tour de Lombardie. "Si je parle déjà de l’année qui vient c’est comme si j’avais perdu la saison" ajoute Aitor Galdos qui est proche de son premier objectif, se sentir à nouveau cycliste.

Traduit de passages d’un article en espagnol paru sur elcorreodigital.com


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Site web réalisé par webmaster-peloton.com