Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Partager...

Accueil du site > Les infos de l’équipe > Archives 2008 > Interviews et infos diverses > Samuel Sanchez : "Je suis coureur d’Euskaltel Euskadi jusqu’en (...)

Samuel Sanchez : "Je suis coureur d’Euskaltel Euskadi jusqu’en 2010"

samedi 27 septembre 2008

Interview de Samuel Sanchez qui s’apprête à disputer les Championnats du Monde de Varese, ce dimanche.


- El Comercio Digital (ECD) : L’équipe Cervélo t’a fait une offre impossible à refuser. Toutefois, maintenant tu sembles être près à rester chez Euskaltel. Où en est la négociation avec ton équipe ?

- Samu : La prochaine étape est de nous assoir et de discuter. Il faut rompre le contrat précédent et en écrire un nouveau.

- ECD : Ca veut dire que ta première option est de rester chez Euskaltel.

- Samu : Oui, oui. J’ai un contrat jusqu’en 2010. Et j’ai une clause de rachat très élevée. Pour s’en libérer il faudrait la payer et... Je suis coureur d’Euskaltel jusqu’en 2010. C’est ça la situation réelle.

- ECD : La date est fixée pour la réunion avec ton équipe ?

- Samu : Non, pas encore. Je dois encore courir Paris-Tour, le Tour du Piemont, le Tour de Lombardie... J’espère que la négociation ne se prolongera pas trop.

- ECD : Dans ce cas, ce sera après le Mondial. Comment le Champion Olympique arrive-t-il à Varese ?

- Samu : Bien. A 100%. Comme à Pékin. Après mon retour de Chine, je me suis reposé 4 jours que j’ai dédié aux hommages. Et après je me suis mis immédiatement à m’entrainer. J’ai vu que les jambes suivaient. J’avais de bonnes sensations. J’ai même fait des tests meilleurs qu’avant d’aller au Tour.

- ECD : Freire est le capitaine de l’équipe pour le Mondial.

- Samu : Dans la sélection, les choses sont claires. Oscar est notre atout, c’est le favori numéro 1.

- ECD : Les hommages te pèsent ?

- Samu : Non, je me suis tout de suite centré sur mes affaires. Je me suis fixé comme but d’arriver au top à ce Mondial. C’est un circuit très dur. Plus que celui de Pékin. Ici, il faudra grimper plus de 4.500 mètres d’altitude. C’est beaucoup. A l’arrivée, ça fera des dégâts.

- ECD : Ca change beaucoup la vie d’être Champion Olympique ?

- Samu : Beaucoup. Enormément. Au niveau social surtout. Maintenant tout le monde me connait. C’est un changement radical. Ca a été une médaille en août avec les gens en vacances qui l’ont vu. Il n’y avait pas de football. Tu te retrouves à la une des périodiques, des journaux télévisés...

- ECD : Tu t’es senti comme un autre asturian à la mode, Fernando Alonso.

- Samu : Bon, nous envoyons des messages. Il m’a envoyé un SMS à Pékin. Il est dans une sphère différente. Médiatiquement, la F1 transporte plus d’argent.

- ECD : Tu es sorti avec lui en vélo ?

- Samu : Quelques fois. Fernando veut toujours venir avec nous. Après ma victoire à Pékin, il m’a envoyé un message pour faire un tour à Oviedo.

Traduit d’un article en espagnol paru sur elcomerciodigital.com


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Site web réalisé par webmaster-peloton.com