Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Partager...

Accueil du site > Les infos de l’équipe > Archives 2008 > Courses et résultats > Vuelta a España : seconde journée de repos

Vuelta a España : seconde journée de repos

vendredi 12 septembre 2008

Le dénouement est proche. Igor Anton se sent bien et les 8 autres txirrindularis se mettront à son service dès demain. Déclarations d’Igor Anton, Egoi Martinez et Igor Gonzalez de Galdeano.


Euskaltel Euskadi profite de la seconde journée de repos de la 63e édition de la Vuelta a España à Comillas. La formation de Miguel Madariaga fait un bilan positif de ces deux semaines de course, mais elle est consciente du fait qu’il faut garder les pieds sur terre. Egoi Martinez porte le maillot jaune depuis la 7e étape, journée où, grâce à son travail allié à celui de son co-équipier Alan Perez, il a pris la tête du classement général, suite à une échappée. Igor Anton arrive bien situé au général, dans les montagnes Asturiennes, qui samedi nous conduiront à l’ascension de l’Angliru. Bien entouré par ses co-équipiers, le grimpeur basque a passé la moitié de la course sans problème. En plus, l’excellent résultat obtenu lors du chrono de Ciudad Real le positionne comme l’un des noms importants de la course.

La journée de repos a été tranquille pour la formation orange. Les neuf Txirrindularis se sont entrainé pendant deux heures et ensuite ont répondu aux médias. Après le repas, sieste et massage. Le diner sera servi à 20h30 et très vite viendra l’heure de se coucher. Samedi se court l’étape la plus attendue de la Vuelta, avec départ à San Vicente de la Barquera et arrivée au col de l’Angliru, et il faut profiter au maximum des heures de repos.

Déclarations d’Igor Anton :

on voit à l’ambiance que l’étape de l’Angliru approche, nous avons parlé d’elle toute la semaine et la voilà. C’est une montée très dure, je suis venu la voir cet hiver et je n’ai pas pu arriver en haut en voiture. Il y avait beaucoup de neige sur la route et on ne pouvait pas monter. J’ai essayé deux fois et impossible. C’est un col qui fera des écarts et qui définira un peu mieux le général. Avec l’étape de dimanche, ce sont deux jours clé. Je me suis senti bien et j’espère avoir les même sensations demain. Astana a été relativement tranquille jusqu’ici, j’imagine que demain, ils contrôleront le rythme de la course. J’essaierai d’être ma place et on verra si je peux tenter la victoire. Les victoires d’étapes restent dans la mémoire des gens et j’aimerais refaire la même chose qu’à Calar Alto, même si maintenant je n’ai plus cet effet de surprise en ma faveur. En ce moment même je ne pense pas au podium, j’avance au jour le jour. C’est clair que si je suis présent chaque jour, je terminerai assez haut au général, mais ce n’est pas un objectif concret, ce ne sera que la conséquence du travail de chaque journée. Concernant le développement que j’utiliserai dans l’Angliru, nous avons choisi le 34x28. J’espère ne pas avoir à utiliser ce pignon de 28, mais au cas où je me garde cette option".

Déclaration d’Egoi Martinez :

Ces jours sont passés très vite et j’ai pu profiter du fait d’être le maillot jaune de la Vuelta a España. Ca a été une belle expérience et je m’en souviendrai toujours. Je pense que ça a été une récompense très mérité pour le travail que fait l’équipe sur cette course. Je sais que demain je le perdrai, la montée à l’Angliru est très dure pour les coureurs qui, sans être très lourds, passons les 70 kg. Ce sont des rampes avec de gros pourcentages pour des grimpeurs légers comme Igor Anton ou Alberto Contador. Igor se sent bien et demain j’esaierai de lui donner un coup de main jusqu’au final, ce sera mon objectif. Je donnerai le meilleur de moi-même et j’essaierai d’arriver le plus à l’avant possible, je ne vais pas freiner non plus parce que je perds le maillot jaune. L’important c’est que Fuji ne manque de rien, et pour cela nous devrons tous donner notre meilleur niveau. Nous devrons continuer à fonctionner en équipe exactement comme nous l’avons fait jusqu’ici. C’est le chemin qui nous mènera vers de bon résultats".

Le mot d’Igor Gonzalez de Galdeano :

Bilan

Jusqu’ici, seconde journée de repos, c’est une bonne Vuelta pour Euskaltel Euskadi. Comme je l’ai déjà dit, le prologue de Granada a été important pour nous. La seconde place acquise le jour du chrono par équipe nous a conduit au triomphe. A partir de ce moment là, l’équipe a progressé dans la bonne direction et nous sommes candidats à faire quelque chose d’intéressant dans cette course.

Le maillot jaune d’Egoi Martinez a été recherché dès le départ de la 9e étape ? Un pari fort de l’équipe qui a travaillé dur pour vêtir Egoi de jaune. Et un Igor Anton solide, ferme et concentré. Jour après jour il se convainc de ses possibilités. Le seul regret de cette première partie a été Koldo Fernandez de Larrea. Pas par son attitude ou ses aptitudes, mais pour la chance ? Cette chance qui lui fait défaut pour se placer au bon endroit et pouvoir disputer une arrivée massive dans de bonnes conditions. Il lui a manqué ce petit coup de chance jusqu’ici.

Le reste de l’équipe réalise une bonne course. Alan Perez donne tout pour le leader de l’épreuve, et les autres protègent Igor Anton. Ils fonctionnent comme un bloc et ils vont toujours ensemble, très attentifs à ce qui se passe en course.

Quant au tour en général, peu de choses ont changé depuis le début. Alberto Contador reste le principal candidat au triomphe, le candidat numéro un. Carlos Sastre ne lâche pas la corde et reste en course. Et après il y a un tas de coureurs avec des aspirations au podium où se trouve notre Igor Anton. Ce petit groupe cherchera à créer la surprise. Une déroute dans cette première partie ? Caisse d’Epargne avec Alejandro Valverde comme leader. L’erreur de Suances leur a pour l’instant fait perdre tout espoir de victoire.

Igor González de Galdeano, secrétaire technique d’Euskaltel Euskadi


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Site web réalisé par webmaster-peloton.com