Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Partager...

Accueil du site > Les infos de l’équipe > Archives 2008 > Interviews et infos diverses > Samuel Sanchez : "Igor a le podium de la Vuelta à portée de main"

Samuel Sanchez : "Igor a le podium de la Vuelta à portée de main"

jeudi 11 septembre 2008

Interview de Samuel Sanchez, de passage sur la Vuelta, lors de l’arrivée à Burgos, avant son départ pour le Tour de Pologne.


- Deia : Vous avez beaucoup participé à des événements sociaux ?

- Samu : Au minimum, je ne veux pas me déconcentrer. Il faut savoir se concentrer le plus possible.

- Deia : C’est sûr : tu continue dans l’équipe Euskaltel Euskadi.

- Samu : Pour l’instant j’ai un contrat avec Euskaltel Euskadi jusqu’en 2010. Mais s’il arrive une équipe qui paie la clause de résiliation... Tout est discutable. Dans ce monde nous avons tous un prix, la seule question est de le négocier.

- Deia : Lance Armstrong revient, qu’en penses tu ?

- Samu :Je pense que c’est positif. Rien que le retournement que ça fait au niveau international, avec la simple annonce de son retour a une magnitude importante. Ce sera toujours bon pour attirer vers le cyclisme plus de marques commerciales et de supporters, ce sera bon pour nous. Armstrong a mis en valeur le fait qu’il peut revenir et gagner et s’il le fait ce n’est pas pour rien. Il a du faire ses compte, ses tests... S’il dit qu’il revient c’est qu’il se sent bien physiquement et mentalement.

- Deia : Son retour n’est pas un peu extravagant ?

- Samu : Si Armstrong est capable de gagner le Tour après 3 saisons où il semble inactif et à 37 ans, ça démontrerait que le cyclisme n’a pas de limite d’âge à condition que la santé aille. Il suffit de regarder l’exemple de Llaneras, qui à 39 ans vient d’être sacré champion olympique.

- Deia : Tu fais ton retour en Pologne. Pourquoi là-bas ?

- Samu : Depuis que j’ai couru le chrono des Jeux Olympiques, je n’ai plus porté de dossard. Se présenter au Mondial sans rien courir, c’est du suicide. Si je ne courais pas la Vuelta, il fallait faire le Tour de Pologne, une bonne course de préparation pour Varese, et ce tour finit, comme la Vuelta, une semaine avant que commence le mondial. Nous pensons que c’est une bonne préparation de fond.

- Deia : Tu arriveras au Mondial comme tu le souhaites ?

- Samu : Oui, à 100%, comme aux JO.

- Deia : Tu connais le parcours de Varese ?

- Samu : Non, je sais seulement ce que m’ont dis mes co-équipiers qui ont couru le Giro (une des étapes, celle gagnée par Voigt et où Alan Perez était échappé, se terminait sur le circuit de Mondial). Ils disent que c’est un circuit pas trop exigeant, mais un Mondial c’est toujours dur par la nervosité, par la tension.

- Deia : La vie d’un champion olympique change beaucoup ?

- Samu : Je vais être sincère, oui ça change pas mal, parce qu’obtenir l’or aux JO dépasse le monde de ton propre sport. Ca traverse les frontières du cyclisme. Tu es connu dans tout le monde pour avoir gagné l’or. C’est un fait qui marque ta carrière. C’est curieux, mais maintenant beaucoup plus gens me connaissent. Mais je veux que ça ne change que dans ce sens. Au niveau sportif et personnel je garde les pieds sur terre, je continue les mêmes entrainements qu’avant et je continue à prendre soin de moi de la même manière.

- Deia : Contador est le grand favori pour gagner la Vuelta ?

- Samu : Le premier tiers de la course est passé et maintenant tout est en sa faveur : Angliru, Fuentes de Invierno, la chrono-escalade de Navacerrada... On peut attendre de lui le maximum.

- Deia : Actuellement, ton co-équipier Egoi Martinez est le leader.

- Samu : C’est énorme parce que c’est la première fois de notre histoire que nous y arrivons. C’est une autre date qu’il faut marquer en rouge. Nous savons que l’homme fort c’est Igor Anton, mais nous devons défendre le maillot, qui est un rêve devenu réalité.

- Deia : Comment vois-tu Igor ?

- Samu : Le plus beau pour un cycliste, c’est de gagner une étape d’une grande course et monter sur le podium. Igor a déjà gagné devant les meilleurs à Calar Alto il y a deux ans et maintenant il a le podium à portée de main. Si les forces l’accompagnent nous le verrons là haut.

Traduit d’un article en espagnol paru sur deia.com


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Site web réalisé par webmaster-peloton.com