Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Partager...

Accueil du site > Les infos de l’équipe > Archives 2008 > Courses et résultats > 9e étape Vuelta a España : Egoi Martinez en jaune !

9e étape Vuelta a España : Egoi Martinez en jaune !

lundi 8 septembre 2008

Victoire d’étape pour Greg Van Avermaet. Egoi Martinez et Alan Perez dans l’échappée du jour. Déclarations d’Egoi Martinez et Igor Gonzalez de Galdeano.


La 9e étape de la 63e édition de la Vuelta a España restera dans l’histoire de l’équipe Euskaltel Euskadi. A cette date, le 8 septembre 2008, un de ses cyclistes a revêtu pour la première fois le maillot de leader d’un grand tour. L’honneur revient à Egoi Martinez après une journée où, avec l’aide d’Alan Perez, il a lutté incroyablement pour conquérir la précieuse tunique. Egoi et Alan faisaient partie d’une échappée de 12 coureurs dans laquelle ils mirent toutes leurs forces et leurs espoirs en vue du maillot jaune.

Egoi Martinez a revêtu le maillot de leader au terme de la 9e étape de la Vuelta, qui emmenait le peloton hors des Pyrénées, sur un parcours de 200 km, entre Vielha et Sabiñanigo. Après la médaille d’or de Samuel Sanchez à Pékin, la fête est de retour au sein de l’équipe Euskaltel Euskadi, avec un autre événement historique : le premier maillot de leader dans une grande course. Cette fois, c’est Egoi Martinez, navarrais de 30 ans, qui vit "un moment agréable tous les deux ans". Il y a eu beaucoup de suspens, parce qu’après le triomphe de l’échappée du jour, le peloton devait arriver avec plus de 6 minutes de retard pour prendre le maillot. Greg Van Avermaet (Silence Lotto) a gagné le sprint entre les 12 échappés du jour. Il a été le plus rapide sur la ligne d’arrivée à Sabiñanigo, "La porte des Pyrénées", devant Davide Rebellin (Gerolsteiner) et Juan Antonio Flecha (Rabobank).

Avec l’oeil sur la montre, Egoi a compté seconde après seconde, en souffrant. C’est le meilleur prix de sa carrière depuis qu’il a débuté en 2002. Astana n’a pas laissé sa peau à la poursuite des échappés, Caisse d’Epargne non plus. Au final, le peloton arrive à 6’45". Egoi y est arrivé. "Revêtir le maillot jaune est un rêve, quelque chose de très grand", répétait-il.

Et revoilà la fête au sein de l’équipe, la seconde en moins d’un mois. La première avait la couleur or de la médaille de Samuel Sanchez, la seconde trouve la même couleur dans le maillot d’Egoi Martinez. Le navarrais est devenu le 7e leader de la Vuelta depuis son départ à Granada. Levi Leipheimer (Astana) passe à la seconde place, à 11", et son co-équipier Alberto Contador à la 3e, à 32". Igor Anton, Valverde et Sastre reculent d’une place sans perdre de temps.

Ce fut une attaque nerveuse, avec beaucoup d’attaques dès le départ. Peu importe que l’étape commence avec l’ascension du col du Tunel de Viella, ni que le parcours fasse 200 km avec 4 cols, ni que ce soit un casse-pattes avec d’incessantes montées et descentes. Le col de la Espina (2e Cat) a sélectionné 12 coureurs, dont Egoi Martinez et Alan Perez, Xabier Zandio (Caisse D’Epargne), Juan Antonio Flecha (Rabobank), David Moncoutié (Cofidis), Damiano Cunego (Lampre) et Davide Rebellin (Gerolsteiner).

Moncoutié s’est assuré le maillot de la montagne en passant en tête les cols de la Espina (2e Cat), La Foradada (3a) et Serrablo (1a). A ce dernier sommet, l’échappée est passée avec 6’ d’avance. Après, une descente longue, une éternité, dans un bois avec un million de virages, l’échappée est arrivée à Sabiñanigo pour changer de leader. Il n’y avait pas eu de trève. Il restait 15 km. Alan Perez, le deuxième homme d’Euskaltel Euskadi dans l’échappée, a sacrifié ses possibilités de gagner l’étape pour aider son co-équipier. Il n’a pas arrêté jusqu’à ce qu’Egoi Martinez lui-même prenne la tête dans un contre la montre jusqu’à l’arrivée. Il a suivi toutes les attaques, jusqu’au sprint, où Cunego a attaqué à droite avec l’envie de montrer qu’il est bien présent sur la Vuelta.

Mais un jeune belge de Silence Lotto a réussi à voler la victoire a des coureurs aussi expérimentés que Davide Rebellin. Le gamin a acquis la 4e victoire de son palmarès, la seconde de la saison. Commençait alors le doux calvaire d’Egoi Martinez. Les 6’ jusqu’à la gloire. Ca valait la peine d’attente un déluge de bonheur.

Déclarations d’Egoi Martinez :

"C’est un moment très doux pour moi. J’ai l’habitude d’avoir un bonheur tous les deux ans et c’est aujourd’hui. Cette année, nous avons eu deux grandes joies à Euskaltel. Samuel (Sanchez, avec l’or olympique) a offert un bon moment à l’équipe il y a peu et aujourd’hui j’en offre un autre". Il a voulu remercier son co-équipier Alan Perez pour l’aide qu’il lui a apporté dans les derniers kilomètres de l’étape. "L’équipe est faite pour que Koldo gagne une étape au sprint et qu’Igor monte sur le podium. Je suis leader parce que j’ai pris l’échappée, parce que d’autres n’ont pas voulu rouler et parce que dans les étapes précédentes je n’avais pas perdu beaucoup de temps". Le souvenir qu’il gardera de cette journée, sera "la joie de mes co-équipiers, cela indique que nous l’avons fait tous ensemble" conclut-il.

Le mot d’Igor Gonzalez de galdeano :

La récompense est arrivée

Egoi Martinez est un cycliste qui réalise une grande saison. Il a débuté son calendrier en mars, au Tirreno Adriatico, et déjà il a produit un grand rendement. Sans avoir comme objectif d’arriver dans des conditions optimales à la Vuelta al Pais Vasco, il a montré un grand niveau dans cette course, remportant le grand prix de la montagne et le titre du coureur le plus combattif de l’épreuve. Fidèle à sa route, il est allé sur le Tour de France et a réalisé un grand Tour. Après avoir été papa en août, il est arrivé sur la Vuelta a España et y conquiert le maillot jaune, le premier de l’histoire d’Euskaltel Euskadi.

La force d’Egoi c’est sa combattivité. C’est un homme d’échappées difficiles, dur comme un roc, qui sauve l’équipe de situations compliquées. A Sabiñanigo il obtient sa plus que mérité récompense, après la seconde place obtenue à l’étape de Prato Nevoso sur le Tour de France, journée où il aurait mérité la victoire.

Mais ce que je veux le plus souligner, c’est que cet exploit d’Egoi est le fruit du travail de l’équipe. On la doit au fait que Jon Odriozola a su lire la course avant même le départ (il garantissait que l’objectif à Vielha était d’obtenir le maillot jaune avec Egoi Martinez). On le doit au reste des coureurs de la formation qui, dès le départ, ont pris toutes les échappées. On le doit au fait qu’Alan Perez a sacrifié ses chances de victoire pour Egoi Martinez. Un cadeau pour tous.

Le maillot jaune ne doit pas nous éblouir. Le leader et l’équipe la plus forte sur cette Vuelta, c’est Astana. Même si nous assumerons nos responsabilités en tant que porteurs du maillot, c’est eux qui doivent commander la Vuelta a España. Que chacun assume ses responsabilités.

Igor González de Galdeano, secrétaire technique d’Euskaltel Euskadi

Classement :

1º VAN AVERMAET, Greg (Silence Lotto) en 4:57:22
2º REBELLIN, Davide (Gerolsteiner) m.t.
3º FLECHA, Juan Antonio (Rabobank) m.t.
10º MARTÍNEZ, Egoi (Euskaltel Euskadi) m.t.
12º PÉREZ, Alan (Euskaltel Euskadi) à 52
35º ANTON, Igor (Euskaltel Euskadi) à 6:42
52º ASTARLOZA, Mikel (Euskaltel Euskadi) à 6:42
56º PÉREZ, Rubén (Euskaltel Euskadi) à 6:42
73º TXURRUKA, Amets (Euskaltel Euskadi) à 6:42
77º VELASCO, Ivan (Euskaltel Euskadi) à 6:42
101º LANDALUZE, Iñigo (Euskaltel Euskadi) à 6:42
148º FERNANDEZ DE LARREA, Koldo (Euskaltel Euskadi) à 7:12

Classement général :

1º MARTÍNEZ, Egoi (Euskaltel Euskadi) en 33:23:56
2º LEIPHEIMER, Levi (Astana) à 11
3º CONTADOR, Alberto (Astana) à 32
7º ANTON, Igor (Euskaltel Euskadi) à 2:23
42º TXURRUKA, Amets (Euskaltel Euskadi) à 21:40
54º ASTARLOZA, Mikel (Euskaltel Euskadi) à 28:21
65º VELASCO, Ivan (Euskaltel Euskadi) à 34:12
70º PÉREZ, Rubén (Euskaltel Euskadi) à 36:39
73º LANDALUZE, Iñigo (Euskaltel Euskadi) à 39:37
91º PÉREZ, Alan (Euskaltel Euskadi) à 47:37
111º FERNANDEZ DE LARREA, Koldo (Euskaltel Euskadi) à 57:26

Portfolio

Pour la première fois, un orange leader sur un grand tour ! Egoi Martinez, premier maillot de leader dans un grand tour pour Euskaltel (...) 9e étape Vuelta a España : Alan Perez et Egoi Martinez dans l'échappée 9e étape Vuelta a España : Alan Perez s'est donné sans compter 9e étape Vuelta a España : le sourire d'Alan Perez à l'arrivée 9e étape Vuelta a España : la joie de l'équipe 9e étape Vuelta a España : Egoi Martinez est en jaune ! 9e étape Vuelta a España : Egoi Martinez enfile le maillot jaune

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Site web réalisé par webmaster-peloton.com