Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Partager...

Accueil du site > Les infos de l’équipe > Archives 2008 > Interviews et infos diverses > Mikel Astarloza veut resigner avec Euskaltel Euskadi pour deux autres (...)

Mikel Astarloza veut resigner avec Euskaltel Euskadi pour deux autres saisons

jeudi 7 août 2008

Interview de Mikel Astarloza, suite au Tour de France. Bilan et projets d’avenir.


- Diario Vasco (DV) : Comment vas-tu après avoir disputé le Tour de France ?

- Mikel : Très fatigué. J’ai tout tenté. A certains moments j’ai manqué d’un peu de chance pour réussir. La semaine dernière je ne me suis pas beaucoup entraîné. Je voulais courir la Clasica (a San Sebastian). Je me suis porté volontaire. La course s’est décidé d’une manière qui n’avait jamais eu lieu jusqu’à là. Je ne pouvais pas la disputer, ni avoir une chance d’essayer.

- DV : Tu continue à courir depuis le mois de janvier et à t’entrainer depuis le 1er octobre 2007. Tu vas courir la Vuelta a España finalement ?

- Mikel : Oui, ils m’ont dit que je vais la disputer.

- DV : Ca ne te parait pas dévalorisant pour certains de tes co-équipiers, le fait que tu coures tout et d’autres beaucoup moins ?

- Mikel : Je suis au service de l’équipe. Ils m’ont dit qu’ils souhaitent que je la courre avec l’idée d’aider mes co-équipiers, pour apporter de l’expérience. Il ne me demandent pas de jouer le classement général.

- DV : Quel est ton état physique et psychologique actuel ?

- Mikel : Je suis fatigué physiquement et psychologiquement. C’est normal après avoir couru le Tour.

- DV : Ca te fait combien de jours de compétition et combien de courses ?

- Mikel : J’ai commencé à m’entraîner le 1er octobre 2007 et en janvier j’ai attaqué au Tour Down Under, en Australie. J’ai fait 30.000km et 68 jours de compétition.

- DV : Tu n’as pas l’impression d’accumuler beaucoup de travail ?

- Mikel : Jusqu’au Tour je l’ai bien supporté. Je suis un coureur qui a besoin de beaucoup s’entrainer et courir pour se sentir bien. Maintenant, je te le dis, je suis fatigué.

- DV : Tu vas participer à une épreuve avant la Vuelta a España ?

- Mikel : A la Vuelta a los Puertos. J’ai aussi couru 3 critériums en France.

- DV : Quelle impression as-tu de ton Tour de France ?

- Mikel : Personnellement je rentre content, même si je reconnais que je n’ai pas accompli les objectifs que l’équipe et moi nous nous étions fixés : gagner une étape et terminer dans les 10 meilleurs. Jusqu’à l’étape de l’Alpe d’Huez les choses n’allaient pas mal. J’ai eu le mauvais jour dans l’étape reine. J’ai perdu beaucoup de temps au général. Les échappées ont été très compliquées dans cette édition. Le parcours n’était pas aussi dur que les autres années. Le général a été très serré et les gens comme moi n’ont pas pu bouger. Tout était très bloqué. On ne te permettait de sortir que dans le final.

- DV : Et l’équipe Euskaltel, elle était contente de ton Tour ?

- Mikel : Ils sont contents. J’ai été proche de la tête, Samuel a terminé 7e et nous avons été une équipe combative. Nous voulions gagner une étape et nous rentrons sans rien. Nous n’avons pas atteint les objectifs qu’ils nous avaient fixés. Moi, je n’ai pas amélioré le Tour de l’année précédente, mais mon rendement a été bon.

- DV : Tu es en fin de contrat cette année. Comment va le renouvellement ?

- Mikel : Nous sommes en discussion avec Euskaltel. J’aimerais rester et mon idée est de continuer dans l’équipe, signer pour 2 saisons. Mais nous sommes toujours en discussion.

- DV : Tu disais sur le Tour que tu avais d’autres propositions. C’est toujours le cas ?

- Mikel : Ce sont toujours les mêmes que sur le Tour.

- DV : D’équipes ProTour ?

- Mikel : Oui, mais je n’en dirai pas plus.

- DV : Tu as toujours une bonne carte à l’étranger ?

- Mikel : J’ai commencé en professionnel chez Ag2r et quand je suis parti, je l’ai fait correctement. Oui, je crois que je suis un coureur bien considéré au niveau international.

- DV : Tu as 28 ans. Le meilleur de Mikel Astarloza est à venir ?

- Mikel : Je reste confiant en mes possibilités. Il me reste de bonnes années devant moi.

- DV : Tu sais que tu es en train de faire une année entière à byciclette ?

- Mikel : Non, je ne le savais pas (il reste pensif). J’ai commencé à m’entrainer en octobre et depuis je ne me suis pas arrêté. Oui, c’est vrai. Quand je finirai la Vuelta a España ça fera pratiquement un an que j’ai commencé la saison actuelle.

Traduit d’un article en espagnol paru sur diariovasco.com


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Site web réalisé par webmaster-peloton.com