Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Partager...

Accueil du site > Les infos de l’équipe > Archives 2008 > Interviews et infos diverses > Tour de France : Interview d’Egoi Martinez

Tour de France : Interview d’Egoi Martinez

lundi 21 juillet 2008

Egoi battu sur la ligne lors de la 15e étape : "quand j’ai passé la ligne d’arrivée, ça a été une énorme déception. Je vais lutter pour la montagne, c’est un objectif très important".


- Diario de Navarra (DN) : Comment ça va ?

- Egoi : Petit à petit ça va mieux. D’abord, quand j’ai passé la ligne d’arrivée, ça a été une énorme déception et ça allait mal, mais je garde le côté positif. Je vois les choses d’une autre manière.

- DN : Qui est...

- Egoi : Je constate que je peux lutter pour gagner une étape du Tour de France, et j’en suis passé près. Pour le futur et dans ce qui reste du Tour je pense que je peux gagner une étape.

- DN : Et la déception a été de passer si près.

- Egoi : Oui, je me voyais plus fort que les autres membres de l’échappée, je me voyais meilleur qu’eux dans la dernière ascension. Je savais qu’il fallait lacher Gerrans avant l’arrivée parce qu’il est très rapide, mais je ne pouvais pas non plus me fier à Pate qui restait tout le temps dans les roues et qui ne prenait pas de relais... Et ensuite dans les 5 derniers kilomètres il n’y avait pas de rampes dures, dans la roue c’est plus facile.

- DN : Tu crois avoir couru comme tu devais le faire ?

- Egoi : Je suppose. J’ai tenté de partir seul dans la partie difficile, entre le kilomètre 8 et 6, mais je ne pensais pas que l’américain tiendrait bon. Il a été derrière toute la journée, il avait l’air mal, mais il suivait toujours. Pate est un coureur qui a gagné des courses aux Etats Unis et s’il est entré dans les 10 premiers du premier chono du Tour de France c’est parce qu’il était bien. Moi je ne voulais pas l’amener à l’arrivée parce que je n’avais pas confiance en lui, et c’est vrai qu’à la fin, il a manqué quelques rampes un peu plus dures pour pouvoir faire plus de mal. J’ai essayé, mais nous étions très proches dans le final. Je suis satisfait parce que dans d’autres occasions où je me trouvais dans cette situation je devenais très nerveux, et je baissais un peu, mais cette fois j’avais confiance en moi, j’ai attaqué et j’ai essayé jusqu’à la fin. Et c’est le plus rapide qui a gagné.

- DN : Tu avais parlé avec Gerrans et il n’a pas tenu parole ?

- Egoi : Non, il n’est pas question d’entrer là-dedans. C’est lui qui réussit l’exploit et moi j’ai la déception d’être passé si près de gagner une étape du Tour de France. De nombreux jours je suis arrivé désespéré à 20 minutes et pensant que je n’avais pas le niveau pour le Tour, mais aujourd’hui j’ai eu la victoire très proche. Et je garde le positif.

- DN : Il y aura d’autres essais ?

- Egoi : Je suis bien remonté au classement de la montagne, troisième, et j’ai des possibilités. Je suis parti motivé dans cette étape et dans les 2 autres qu’il reste dans les Alpes, ainsi que pour les deux suivantes et je vais continuer ainsi. Je vais lutter pour la montagne, c’est un objectif très important. Si j’entre dans des échappées comme aujourd’hui, je pense que je peux me battre pour ça. C’est très difficile, mais je vais essayer. J’ai un gros moral pour faire une bonne fin de Tour de France.

Traduit d’un article en espagnol paru sur diariodenavarra.com


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Site web réalisé par webmaster-peloton.com