Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Partager...

Accueil du site > Les infos de l’équipe > Archives 2008 > Interviews et infos diverses > Tour de France : Interview d’Amets Txurruka

Tour de France : Interview d’Amets Txurruka

dimanche 20 juillet 2008

"Je préfère partir devant et lutter pour la victoire d’étape que de finir 15e au général"


- Gara : Comment va ton second Tour ?

- Amets : Pour l’instant, bien. Les premières étapes de tension et de vent, un peu mal à l’aise, mais les dernières bien, avec l’envie et l’espoir d’aider les leaders et aussi faire quelque chose de bien.

- Gara : 3 jours successifs, on t’a vu en tête...

- Amets : Un jour, j’ai eu la chance de prendre l’échappée, nous savions qe c’était très difficile, mais nous nous sommes battus jusqu’à la fin. Les jours dans les Pyrénées, nous devions nous montrer et lutter et nous l’avons fait. Le jour où nous avons tiré le peloton j’ai pris la partie la plus visible, mais toute l’équipe a fait un très bon travail. Dans le Tourmalet je savais qu’en attendant la fin, je ne pourrais rien faire parce que les grands leaders allaient bouger. J’ai tenté, mais je manquais de fraicheur. Je sortait de 2 jours avec pas mal de travail accumulé et, voyant que les CSC venaient à fond, j’ai décidé d’attendre et au final j’ai coincé un peu.

- Gara : Le Tour a changé depuis celui de tes débuts ?

- Amets : Il me semble. L’année dernière j’ai assez mal passé la première semaine et puis ça a été mieux en montagne et à partir de la seconde semaine j’étais mieux et j’ai pu prendre des échappées et participer à la bagarre. Maintenant, avec la montagne je vais mieux et j’espère que dans les étapes de moyenne et haute montagne je pourrai être devant. L’objectif de l’équipe est de gagner une étape et le mien aussi, je suis conscient que c’est très difficile. Nous nous battons pour ça tout le Tour jusqu’au jour où nous y arriverons.

- Gara : Etre le plus combatif du précédent Tour, ça a changé quelque chose ?

- Amets : Les gens me connaissent mieux. Je remarque que les français me saluent d’avantage, mais ma façon de courir ne change pas parce que j’ai toujours couru comme ça. Quand je voyais une opportunité, j’attaquais et je continuerai comme ça parce que si j’attends le final, je n’ai aucune chance. Les gens reconnaissent toujours que j’essaie et ça donne envie de continuer à tenter. Les gens apprécient beaucoup cela et moi j’aime être comme ça et les gens qui me suivre de jour en jour. Je continuerai à essayer.

- Gara : Un coureur t’a marqué dans cette façon de courir ?

- Amets : Je me souviens de Chiappucci, qui attaqué dès le départ et essayait toujours, mais je ne suis pas un moèle en particulier.

- Gara : Pour tes débuts tu as fini 23e, tu ne te fixes pas l’objectif du général ?

- Amets : Cette année, je pensais que je pourrais faire dans les 20, mais nous avions 3 hommes importants pour le général et j’ai décidé de les aider dans tous les moments, en perdant le temps qu’il faudrait perdre. Avancer au jour le jour, tenter de mettre à profit mes possibilités et être avec l’équipe. Une année je pourrais me fixer cet objectif selon comment va la course, mais il y a beaucoup de facteurs comme un jour de vent qui peut tout flanquer par terre. Je suis assez constant, mais pour être devant, il faut être bien meilleur en contre la montre et ce n’est pas quelque chose que je cherche à améliorer sérieusement. Je préfère être devant et me battre pour une victoire d’étape que de me fixer l’objectif d’une 15e place au général.

- Gara : Pourtant, à partir d’échappées, on peut faire un bon poste ?

- Amets : J’aurais pu le voir ainsi cette année, mais j’ai déjà perdu beaucoup de temps. Nous verrons les autres années.

- Gara : Euskaltel gagnera son étape ?

- Amets : Nous sommes bien physiquement et ave envie. Nous avons manqué de chance. L’année passée, nous entrions tout le temps dans les échappées et cette année c’est plus dur, nous sommes dans beaucoup de tentatives qui ne prennent pas. Nous sommes plus contrôlés, pour l’instant nous n’y sommes pas parvenus, mais nous sommes bien et je suis convaincu que nous allons réussir à retourner ce Tour.

Traduit d’un article en espagnol paru sur gara.net


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Site web réalisé par webmaster-peloton.com