Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Partager...

Accueil du site > Les infos de l’équipe > Archives 2008 > Courses et résultats > 7e étape du Tour de France : victoire de Luis Leon Sanchez

7e étape du Tour de France : victoire de Luis Leon Sanchez

vendredi 11 juillet 2008

Après la chute de Damiano Cunego, Euskaltel Euskadi s’est retrouvée à l’arrière. Il a fallu assumer la poursuite dans le calme. Déclarations de Mikel Astarloza, Samuel Sanchez et Igor Gonzalez de Galdeano.


Luis León Sánchez (Caisse d’Epargne) remporte la 7e étape du Tour de France, disputée entre Brioude et Aurillac (159km). Kim Kirchen (Gerolsteiner) conserve le maillot jaune à la suite d’une journée qui a été très dure. Le parcours à travers le Massif Central a fait très mal aux coureurs. Euskaltel Euskadi a réussi à sauver une journée qui par moment a été très dangereuse pour l’équipe de Miguel Madariaga. Au kilomètre 60 une chute s’est produite et les coureurs d’Euskaltel Euskadi ont été séparé de la tête de course. Dans le groupe de tête, on trouvait tous les favoris pour le général à l’exception du trio d’Euskaltel Euskadi et de Damiano Cunego (Lampre). Les deux équipes ont associé leurs forces pour revenir, malgré le vent latéral. Finalement, la jonction s’est faite après presque 50km de poursuite. Dans le final, Euskaltel Euskadi a assumé l’allure du peloton à la recherche d’une victoire de Samuel Sanchez, mais Luis Leon Sanchez a attaqué à 3km de l’arrivée et s’est imposé. Samu est arrivé 7e à 6 secondes. Mikel Astarloza et Haimar Zubeldia sont arrivés à 33". Au général, Samuel est 11e, Mikel 18e et Haimar 29e.

Déclarations de Mikel Astarloza :

"La chute de Cunego a fait que nous avons couru toute l’étape à contre-pied. Dès le départ, nous avons été très attentifs aux attaques, nous allions très vite, mais nous n’avons pas pris l’échappée. La chute a remis nos plans en question, nous avons du être en contre toute l’étape, heureusement nous sommes revenus. Dans le col de seconde catégorie j’ai attaqué avec l’objectif de rejoindre les 4 échappés, mais la descente était très dangereuse, avec la route mouillée, et j’ai préféré assurer. Pour ce qui est de la dernière partie, nous avons essayé de contrôler la course pour Samu, mais c’était compliqué. Nous avons sauvé une journée très dure".

Déclarations de Samuel Sánchez :

"l’étape s’est courue à un rythme vertigineux, ça a été très nerveux dès le départ. Il y a eu beaucoup d’incidents, dont la chute de Cunego. Nous nous sommes retrouvés coupés de la tête, et devant ils n’ont pas ralenti, nous avons du travailler dur avec Lampre et Quick Step. Nous avons fini par revenir après quelques 50km de poursuite. Pour l’arrivée, nous avons essayé de jouer nos chances, mais Caisse d’Epargne aussi avait les siennes. Ils étaient 3 et ils pouvaient se répartir le travail, comme ils l’ont fait. J’ai essayé de sortir, mais ils m’ont contrôlé et ils ont fait valoir leur supériorité numérique. En fait, ça a été une authentique étape du Tour de France".

Le mot d’Igor Gonzalez de Galdeano :

Ouf !

Je ne trouve aucun autre mot plus approprié pour intituler cet article. J’ai douté, Gloup ! aussi convient bien à ce que je veux exprimer. La journée a démarré à 1000km/h. Nous savions tous qu’aujourd’hui, c’était une journée propice pour des échappées avec des gens de grande classe, le terrain du Massif Central est très exigent, il faut être un coureur très fort pour le dominer et pour le peloton, c’est quasiment impossible de contrôler la course. Le rythme des premiers kilomètres a été endiablé, les échappées ne prenaient pas. On a passé le col de 3e catégorie, le vent de côté a commencé à souffler, Cunego est tombé et ça a été la révolution. Samuel Sanchez aussi a du poser pied à terre, sans conséquences, mais à cet instant, il y a eu la cassure.

A partir de là, la course est devenu une épreuve de poursuite. Tous les leaders étaient dans le premier groupe sauf nous et Damiano Cunego. Nous avons été très peu à mener la chasse. Mais je garde le positif. Nous ne nous sommes pas décomposés, nous avons régi et avec Lampre nous avons fait un gros travail. Nous avons sauvé la situation avec maturité et ça c’est important.

En fait, une fois que t’arrive une chose comme ça, tu as l’impression que tout part à l’envers. Tu as l’impression de travailler à contretemps, que tu vas chercher l’échappée au mauvais moment… Mikel Astarloza a été très vaillant et son actittude est très significative pour l’équipe. Loin de se lamenter sur la situation vécue, il est passé à l’offensive et a cherché à rejoindre les échappés. Il a tenté de retourner la situation et de chercher une situation de course favorable pour l’équipe. Ils n’a pas réussi à rejoindre la tête, mais il a montré que nous sommes là et que nous assumons notre rôle.

Dans la partie finale nous avons joué la carte Samuel Sanchez. L’équipe a essayé de contrôler la course au benéfice de Samu, qui finalement a été 7e. Sincèrement, je crois qu’il a une victoire d’étape dans les jambes, l’objectif d’Euskaltel Euskadi sur ce Tour de France.

Igor González de Galdeano es secretario técnico de Euskaltel Euskadi

Classement :

1. SANCHEZ Luis-Leon (Caisse d’Epargne) en 3h 52’53"
2. SCHUMACHER Stefan (Geroslsteiner) à 00’06"
3. POZZATO Filippo (Liquigas) à 00’06"
7. SANCHEZ Samuel (Euskaltel Euskadi) à 00’06"
32. ASTARLOZA Mikel (Euskaltel Euskadi) à 00’33"
46. ZUBELDIA Haimar (Euskaltel Euskadi) à 00’33"
83. ISASI Inaki (Euskaltel Euskadi) à 04’36"
84. MARTINEZ Egoi (Euskaltel Euskadi) à 07’24"
85. VERDUGO Gorka (Euskaltel Euskadi) à 07’24"
126. PEREZ Ruben (Euskaltel Euskadi) à 21’53"
132. TXURRUKA Amets (Euskaltel Euskadi) à 21’53"
166. OROZ Juan José (Euskaltel Euskadi) à 21’53"

Classement general :

1. KIRCHEN Kim (Columbia) en 22h 23’40"
2. EVANS Cadel (Silence Lotto) à 00’06"
3. SCHUMACHER Stefan (Gerolsteiner) à 00’16"
11. SANCHEZ Samuel (Euskaltel Euskadi) à 01’27"
18. ASTARLOZA Mikel (Euskaltel Euskadi) à 02’16"
29. ZUBELDIA Haimar (Euskaltel Euskadi) à 04’00"
54. VERDUGO Gorka (Euskaltel Euskadi) à 12’01"
69. ISASI Inaki (Euskaltel Euskadi) à 18’45"
70. MARTINEZ Egoi (Euskaltel Euskadi) à 19’30"
100. OROZ Juan José (Euskaltel Euskadi) à 30’45"
102. PEREZ Ruben (Euskaltel Euskadi) à 31’32"
110. TXURRUKA Amets EUSKALTEL (Euskaltel Euskadi) à 33’37"

Portfolio

Egoi Martinez et Gorka Verdugo passent la ligne 7e étape Tour de France : Mikel Astarloza tente sa chance

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Site web réalisé par webmaster-peloton.com