Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Partager...

Accueil du site > Les infos de l’équipe > Archives 2008 > Interviews et infos diverses > Tour de France : interviews de Samuel Sanchez, Haimar Zubeldia et Mikel (...)

Tour de France : interviews de Samuel Sanchez, Haimar Zubeldia et Mikel Astarloza

mercredi 25 juin 2008

A l’approche du départ de la Grande Boucle, Samu, Haimar et Mikel annoncent leurs intentions pour le Tour de France 2008.


Ce qui suit est une compilation d’articles parus sur différents sites web.

Samuel Sanchez :

JPEG - 8.9 ko
Samuel Sanchez

Le coureur d’Euskaltel Euskadi, Samuel Sanchez, affronte son 3e Tour de France avec "espoirs", mais sans "pression excessive" bien qu’il soit, avec Haimar Zubeldia et Mikel Astarloza, un des trois hommes fort de l’équipe Orange sur le Tour.

"Il s’est écoulé 5 années depuis la dernière fois où je l’ai couru et je suis un autre coureur, plus mûr en tant que cycliste et en tant que personne. J’affronte l’adversité d’une manière différente, avec plus de caractère. J’ai toujours beaucoup de respect pour la course, mais je sais que le travail qui a précédé a été bien fait", disait le coureur pendant la présentation du t-shirt que distribuera Euskaltel aux supporters.

Samu considère que le premier objectif de l’équipe basque doit être de remporter des "victoires d’étapes". "C’est que souhaite l’équipe depuis ces dernières années. Le podium, c’est possible, même s’il est compliqué de rompre avec l’histoire. Surtout, il faut avoir beaucoup d’espoirs et avoir envie de bien faire" dit-il.

"Ca va être une course étrange parce qu’il ne va pas y avoir une équipe dominante comme le fut Discovery Channel. Quant aux favoris, il y en a beaucoup, même si je crois qu’au final, ça se réduira aux mêmes : (Dennis) Menchov, (Cadel) Evans, (Carlos) Sastre, (Alejandro) Valverde, Haimar (Zubeldia)... ca va être beau pour les spectateurs".

Source : elmundo.es

Haimar Zubeldia :

JPEG - 10.7 ko
Haimar Zubeldia

Le coureur d’Euskaltel Euskadi, Haimar Zubeldia, a avancé que son objectif dans le prochain Tour de France sera de "chercher une victoire d’étape" et "pourquoi pas ?" lutter pour une place sur le podium final à Paris, ou au moins améliorer la 5e place de l’année passée.

"Ne pas améliorer la 5e place serait un pas en arrière. Nous n’oublierons pas cela, mais d’abord, nous chercherons une victoire d’étape qui, au final, est ce qui reste. Si nous sommes là pour disputer une victoire d’étape, nous serons aussi là pour disputer le général. Le podium ? Pourquoi pas ? C’est le pas suivant" a reconnu le basque.

Zubeldia, qui a participé à la présentation du t-shirt que distribuera le sponsor de l’équipe pour le Tour de France, rassuré après avoir reconnu les étapes alpines, est arrivé à la conclusion que la dernière semaine de course qui les attend sera "assez dure".

"Ils ont mis de nouveaux cols très longs et nous avons vu des étapes très dures. Ca valait la peine de reconnaître les parcours, tant les ascensions que les descentes, et au moins maintenant nous savons ce qui nous attend" précisait-il. Quant aux principaux favoris, il voit "(Cadel) Evans, (Alejandro) Valverde, (Carlos) Sastre et les frères(Andy et Frank) Schleck"

Source : kecprosport.com

Mikel Astarloza :

Le Basque d’Euskatel, Mikel Astarloza, veut jouer une place parmi les cinq premiers sur le Tour cet été. Il revient également sur ses années passées chez AG2R et laisse la porte ouverte à un retour dans l’équipe de Vincent Lavenu prochainement, son contrat avec Euskaltel arrivant à terme en fin d’année.

- 

JPEG - 11.8 ko
Mikel Astarloza

VeloMagazine (VM) : Quels seront vos objectifs cet été, Mikel ?

- Mikel : Je pars sur le Tour cette année dans le but d’améliorer mon classement général de l’an passé. J’ai pris pas mal de confiance en 2007. Ma performance sur le dernier Dauphiné-Libéré n’a fait en plus que la renforcer. C’est bien pour la confiance. Ma condition va encore s’améliorer. Mon but sera de faire un bon classement général et de gagner une victoire d’étape. Je vise une place parmi les cinq premiers, sachant que l’an passé mon objectif était de terminer parmi les dix premiers. Ce serait une bonne progression à mon sens. Mais avant tout ce que j’aimerais, c’est gagner une étape, car c’est à mes yeux la chose qui est la plus gratifiante.

- VM : Où aimeriez-vous remporter cette victoire ? Chez vous dans les Pyrénées ou plutôt dans les Alpes ?

- Mikel : C’est bizarre, mais moi, je suis un coureur qui préfère les Alpes aux Pyrénées. Il y a beaucoup de supporters Basques dans les Pyrénées, il y en aura encore très certainement énormément cet été encore. On va voir du tee-shirt orange partout dans ces cols, pour nous encourager, mais moi ce massif montagneux me convient moins que les Alpes. Les cols dans les Pyrénées sont plus longs, plus durs selon moi, donc plus difficiles aussi. Je préfère le massif alpin, même si c’est difficile à dire pour moi qui suis Espagnol et Basque. Cela peut aussi s’expliquer du fait que j’ai passé pas mal de temps au cours de ma carrière à Chambéry, où j’ai fait plus d’un stage avec AG2R.

- VM : Avez-vous effectué des reconnaissances d’étapes ?

- Mikel : Oui. On était en stage avant le Dauphiné dans les Pyrénées. On a monté des cols du Tour. On a profité aussi de la fin du Dauphiné pour rester quelques jours sur place dans les Alpes, dans le but là encore de reconnaître les secteurs alpestres clés du prochain Tour de France. C’est bien de s’imprégner du parcours d’une épreuve quelques semaines avant son déroulement, surtout lorsqu’il s’agit d’une compétition comme le Tour de France. On a un autre stage qui est programmé à San-Sebastien, dans le Pays Basque espagnol. Il aura lieu juste avant notre départ en Bretagne.

- VM : Aimeriez-vous retrouver un jour l’équipe de Vincent Lavenu ?

- Mikel : Je suis en fin de contrat avec Euskaltel. Je vais discuter avec mes dirigeants actuels, mais je suis aussi ouvert à toutes autres propositions. La porte n’est pas fermée pour quiconque. Je peux aussi parler avec Vincent Lavenu. Son équipe reste pour moi toujours spéciale. Elle encore dans mon esprit, quand je vois un maillot AG2R en course, cela me fait toujours un petit pincement au cœur. J’ai passé cinq saisons dans cette formation. J’étais content de faire partie de cette équipe. Je garde encore d’ailleurs de très bonnes relations avec le staff technique d’AG2R-la Mondiale.

- VM : Quel était votre rôle quand vous étiez chez AG2R ?

- Mikel : J’étais avant tout un équipier. Ce qui était normal car quand j’étais dans cette formation, je n’avais pas encore fait grand chose sur les grandes courses. Je n’avais pas fait un bon classement général sur le Tour de France, par exemple. On m’a donné plus de responsabilités chez Euskatel que chez AG2R, et j’ai su les saisir. Comme cela s’est bien passé pour moi sur le Tour 2007, j’ai commencé dans la foulée à croire en moi. Ma mentalité a un peu changé l’an passé. J’ai pris davantage confiance en mes moyens, en mes possibilités.

- VM : Pensez-vous après le Tour aux Jeux Olympiques ?

- Mikel : Je ne sais pas. Je pense qu’il me sera très difficile d’aller aux Jeux Olympiques de Pékin, car l’Espagne ne pourra aligner que cinq coureurs en Chine, comme beaucoup de pays sélectionnés. Il y a déjà chez nous Alejandro Valverde, Alberto Contador, Oscar Freire et Samuel Sanchez qui sont quasiment assurés d’y participer. Il reste donc a priori la cinquième place de libre. Je vais essayer de me l’approprier. Si je marche fort sur le Tour, peut-être que je me donnerais plus de chances d’aller aux Jeux. Mais actuellement, cette sélection est plus un rêve qu’une possibilité ...

Source : velomagazine.fr


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Site web réalisé par webmaster-peloton.com