Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Partager...

Accueil du site > Les infos de l’équipe > Interviews et infos diverses > Euskaltel-Euskadi 2013 comptera 8 coureurs étrangers

Euskaltel-Euskadi 2013 comptera 8 coureurs étrangers

jeudi 11 octobre 2012

En plus d’Amets Txurruka, Iván Velasco et Alan Pérez, la direction du nouveau projet Euskaltel Euskadi a décidé de ne pas non plus renouveler le contrat de Pierre Cazaux.


A partir de 2013, débute un nouveau projet pour l’équipe Euskaltel Euskadi. Nous avons déjà publié plusieurs articles sur ce thème. La Fondation Cycliste Euskadi (entité à but non-lucratif) ne sera plus propriétaire de l’équipe, mais ce sera une nouvelle société (une entreprise privée), Basque Cycling Pro Team, appartenant en totalité à la compagnie de téléphonie Euskaltel. Ce nouveau projet sera dirigé par Igor Gonzalez de Galdeano, nouveau manager de l’équipe et aussi président de la nouvelle entreprise propriétaire de l’équipe. Chacun se souvient qu’il avait été nommé manager général de l’équipe Euskaltel Euskadi en 2011, avant de quitter l’équipe, expliquant que la pression était trop forte, et de revenir moins d’un an après avec ce nouveau projet qui lui donne le pouvoir absolu.

La composition de la nouvelle équipe Euskaltel Euskadi passera l’année prochaine de 23 à 28 coureurs et intègrera dans ses rangs 8 coureurs étrangers qui viendront s’ajouter aux 18 prolongations de contrats et aux 2 coureurs basques recrutés, Garikoitz Bravo et Jon Aberasturi. Igor Gonzalez de Galdeano, responsable du nouveau projet a décidé de ne recruter aucun coureur basque supplémentaire. Il connait l’identité des 8 coureurs qui rompent avec la philosophie que l’équipe que nous connaissons jusqu’à aujourd’hui a toujours suivie : ils ne seront ni basques, ni formés en Euskadi. Les 8 contrats sont déjà signés, mais leur identité ne sera dévoilée qu’après le 20 octobre prochain, date limite pour remettre à l’UCI les contrats des 12 coureurs ayant le plus de points au classement du mérite. Sur ces 12 contrats, l’équipe devrait donc présenter ceux de Samuel Sánchez (268 points), Mikel Nieve (47 points), Igor Anton (33 points) et Ion Izagirre (19 points), les 8 autres étant ceux des coureurs étrangers recrutés.
Selon le journal Deia, l’équipe serait actuellement 20e au classement du mérite, et le nouveau projet remonterait à la 15e place, ce qui le qualifierait automatiquement pour entrer dans le World Tour.
Mais selon le journal Vavel, Euskaltel Euskadi serait actuellement 17e et, malgré l’abandon de la philosophie de l’équipe originale, pourrait fort bien se retrouver en dehors du World Tour en 2013.
Ce flou généralisé tient au fait que le classement du mérite de l’UCI est loin d’être transparent !

20 coureurs annoncés sur 28, et des rumeurs...

Actuellement, le nouveau projet a renouvelé (ou est en train de renouveler) 18 contrats. Quatre d’entre eux (Mikel Astarloza, Jorge Azanza, Juanjo Oroz et Pablo Urtasun) sont actuellement en cours de signature.

18 coureurs renouvelés :
- Igor ANTON
- Mikel ASTARLOZA
- Jorge AZANZA
- Peio BILBAO
- Ricardo GARCIA
- Gorka IZAGIRRE
- Ion IZAGIRRE
- Mikel LANDA
- Egoï MARTINEZ
- Miguel MINGUEZ
- Mikel NIEVE
- Juan-José OROZ
- Ruben PEREZ
- Adrian SAEZ DE ARREGI
- Samuel SANCHEZ
- Romain SICARD
- Pablo URTASUN
- Gorka VERDUGO

5 coureurs non renouvelés :
- Victor CABEDO (décédé lors d’un entrainement)
- Pierre CAZAUX
- Alan PEREZ
- Amets TXURRUKA
- Ivan VELASCO

2 recrutements officiels :
- Jon ABERASTURI (Orbea Continental)
- Garikoitz BRAVO (Caja Rural)

Des noms qui circulent...
Des coureurs basques, membres d’autres équipes, et souvent d’anciens membres d’Euskaltel Euskadi, ont des points qui devraient naturellement intéresser le nouveau projet ; comme par exemple Beñat Intxausti (45 points), Haimar Zubeldia (23 points) ou Jonathan Castroviejo (20 points). Omar Fraile (Orbea Continental) avait signé un contrat qui prévoyait son arrivée chez Euskaltel Euskadi en 2013, après un an chez Orbea, finalement, il restera un an de plus au niveau Continental. Arkaitz Duran, vainqueur de 21 courses en amateur cette saison, et dont le nom a été évoqué par certains comme possible recrue ne rejoindra pas le nouveau projet non plus.
Les noms qui circulent ne sont pas basques. Il est question des slovènes Robert Vrecer (Team Voralberg - 31 ans) et Jure Kocjan (Team Type 1 - 27 ans), de l’allemand Andre Schulze (Team NetApp - 37 ans), du polonais Marek Rutkiewicz (CCC Polsat - 31 ans), du russe Alexander Serebryakov (Team Type 1 - 25 ans), du portugais Ricardo Mestre (Carmim-Prio - 29 ans), de l’andalou Juan José Lobato (Andalucía-Caja Granada - 23 ans) ou encore d’un coureur français pour lequel aucun nom n’a encore filtré... Vraies ou fausses pistes ? Il faudra attendre encore 10 jours pour être définitivement fixés...
La direction sportive du nouveau projet refuse de publier la liste des noms, afin de ne donner aucun élément à ses rivaux directs, AG2R, Argos-Shimano, FDJ-BigMat et Saxo Bank, sur le nombre de points final. A ce jour, l’actuelle Euskaltel Euskadi aurait 381 points au classement du mérite, soit environ 200 de moins que AG2R, Argos et FDJ et une quarantaine de moins que Saxo Bank. De ces 5 équipes, une, peut-être deux, seront en dehors du World Tour en 2013.

L’opposition des supporters

Le forum en langue espagnole des fans de l’équipe basque a lancé, il y a quelques temps une pétition dont nous reproduisons ici le contenu intégral :

A propos du nouveau projet Euskaltel-Euskadi
Nous encourageons les personnes qui ne participent pas au forum et qui sont d’accord avec ce texte, à le soutenir en ajoutant leur signature.
Membres et visiteurs du Forum ’Equipo Euskadi’ qui regroupe 350 amateurs de cyclisme qui suivent l’équipe avec ferveur, nous sommes extrêmement préoccupés par le "possible" changement de cap que pourrait prendre l’équipe lors des prochaines saisons.
Nous pouvons comprendre que les pressions des sponsors pour participer aux courses les plus en vue du calendrier, font penser à la direction de l’équipe qu’il faut s’efforcer à engager des coureurs qui auraient plus de points UCI, même si ceux-ci ne remplissent pas la première condition énoncée ci-dessous, mais nous sommes sûrs et sûres qui si cela se faisait, les gens ne suivraient plus cette équipe que comme n’importe quelle autre. Il est très clair que les autres équipes qui n’ont pas cette philosophie, malgré leur installation ou leurs sponsors d’Euskal Herria (Pays Basque), n’ont pas les supporters qu’ont aujourd’hui les oranges.
Le soutien, la sympathie et l’amour que des milliers de supporters, dont nous faisons partie, ont pour l’équipe appelée jusqu’ici Euskaltel-Euskadi, le fait de vibrer et de souffrir avec elle sur toutes les courses, deviendrait impossible si la philosophie et l’idiosyncrasie qu’elle a porté jusqu’à aujourd’hui venaient à changer.

Pour ces raisons, nous pensons que :

  1. L’équipe doit continuer à courir avec des coureurs d’Euskal Herria (Pays Basque) ou formés dans une des équipes de catégorie inférieure de ces territoires.
  2. L’équipe doit rester liée à une entité à but non-lucratif comme elle l’a été jusqu’ici à la Fundación Ciclista Euskadi.

Espérant que nous, supporters qui aimons cette équipe, serons entendus et pris en compte.

Cette pétition en ligne peut être signée sur foroequipoeuskadi.es

Au nord (en France), les avis sur notre forum sont partagés. Mais les signataires de l’appel ci-dessus sont déjà assez nombreux. L’annonce du non-renouvellement de l’un des deux coureurs d’Iparralde, Pierre Cazaux, aura peut-être un impact sur les supporters français de l’équipe. Mais il est évident pour tous que la "Marea Naranja" est au sud (dans la partie espagnole du Pays Basque) et qu’il est logique que la contestation la plus forte vienne de là.

L’opinion des anciens coureurs de l’équipe

7 anciens coureurs de l’équipe Euskaltel Euskadi (Markel Irizar, Beñat Intxausti, David López, Jonathan Castroviejo, Haimar Zubeldia, Iker Camaño et Koldo Fernández de Larrea) avaient, on s’en souvient, le 21 septembre dernier publié un communiqué dénonçant la dérive du nouveau projet (voir notre article à ce sujet).

Plus récemment, le journal Vavel (entre autres) publiait un article dans lequel d’autres coureurs basques prenaient position :

David Etxebarria déclare que "tout le cyclisme basque est opposé à la nouvelle politique de recrutement". Il précise que c’est une volonté ancienne de Galdeano que d’élargir le champs du recrutement. Et il souligne que "nous pourrions accepter la décision si Euskaltel finançait l’équipe comme n’importe quelle entreprise privée. Mais il ne faut pas oublier que les institutions basques donnent de l’argent public. Euskaltel devient une équipe comme les autres, et ça, on va le sentir. Le cyclisme a toujours été un sport où on suivait des coureurs et non des équipes, mais Euskaltel Euskadi a changé cela, parce que les gens voyaient le groupe comme s’il était le sien. Et ça c’est terminé. Personne n’a réfléchi à maintenir la philosophie et à faire une année en Continentale Pro, en courant un calendrier différent pour gagner sa place l’année d’après". C’est pourtant ce qu’a fait la FDJ il y a un an.

Roberto Laiseka renchérit : "si, avec tous ces changements, l’équipe n’est pas parmi les 15 premières et en plus qu’elle reçoit de l’argent public, nous assisterons à quelque chose d’insensé". Celui qui a passé toute sa carrière au sein de l’équipe et qui a été le premier orange à remporter des victoires sur la Vuelta et le Tour poursuit : "tout cela me parait honteux et avec le temps, Euskaltel va se rendre compte de son erreur, parce que son image chez les supporters va en prendre un coup". Concernant les dirigeants du nouveau projet, il se souvient de l’époque où ils courraient ensemble au sein du peloton : "A l’époque, ils sont partis pour l’argent et maintenant, ils reviennent pour l’argent, mais ils ont constaté que la totalité du monde cycliste d’Euskadi leur tourne le dos, en partie parce qu’eux ne veulent parler à personne". Roberto Laiseka soutient les 7 courageux coureurs toujours en activité que nous citions ci-dessus et qui ont publiquement pris position, "au moins, ils ont dit quelque chose. Certains les accuse d’être partis pour l’argent, mais pour la majorité d’entre eux, c’est un mensonge : qu’on demande à quelques uns ce qu’ils ont du supporter". Pour conclure, Roberto explique que l’équipe, aurait gardé sa place dans le World Tour, même sans abandonner sa philosophie.

Ivan Velasco, qui a appris en septembre que son contrat ne serait pas renouvelé déclare : "le non renouvellement de contrat d’un coureur ne se décide pas en deux jours et ça fait mal de se faire jeter quand on t’a dit que tu allais rester. Mais concernant la décision elle-même, je la respecte. Je veux seulement remercier la Fondation Euskadi et Miguel Madariaga pour tout ce qu’ils ont fait pour moi. Je ne sais pas jusqu’à quel point la questions des points de mérite est une excuse ou pas. Ce qui est certain, c’est qu’on ne m’a jamais demandé de marquer des points, mais au contraire de travailler pour que d’autres en marquent". Pour Ivan, si le Gouvernement Basque ou les autres Institutions Basques décident de prendre en charge une partie du budget du nouveau projet, ce ne serait plus pareil, et la population "auraient son mot à dire dans tout cela".

Amets Txurruka est plus fatigué que son co-équipier. Son exclusion de l’équipe est le fait qui a le plus soulevé les supporters. Sa capacité de travail, sa combativité sur le vélo en ont fait un des coureurs les plus aimés du peloton. "Si tu demandes aux gens de te donner 5 noms de coureurs d’Euskaltel, l’un des noms sera celui d’Amets" assure Roberto Laiseka. Amets, quant à lui, remarque que "l’affection des gens quand je sors m’entrainer est spectaculaire. Avant ils m’encourageaient, mais maintenant, les marques de soutien sont constantes. Beaucoup de supporters s’identifiaient à l’équipe parce qu’elle était différente et ça a duré jusqu’à maintenant. Ce qui me surprend le plus dans le nouveau projet, c’est le manque de transparence. Beaucoup de co-équipiers et de techniciens ne savent pas encore ce qu’il leur adviendra. On ne sait pas non plus s’il y aura de l’argent public, quels seront les recrutements... c’est comme ça pour tout. Il me semble que, pour une équipe qui a toujours été celle de tous, ce ne sont pas des manières".

Les réponses arriveront dans une dizaine de jours

Une fois passée la date fatidique du 20 octobre, les réponses à toutes les interrogations paraîtront peu à peu. Pour l’instant, la stratégie du nouveau projet et de ses dirigeant est de garder le silence. Mais une fois connu le résultat de la commission de l’UCI, le premier travail d’Igor Gonzalez de Galdeano et de son équipe sera de travailler à redonner une bonne image à la formation auprès des supporters. Il faudra convaincre que tous les changements actuels sont nécessaires et que ce nouveau projet n’est en rien une nouvelle équipe, mais bien la continuité de l’Euskaltel Euskadi que nous avons connue jusqu’ici. Ce sera sans doute la course la plus difficile de toutes celles que ce nouveau projet aura à courir.

Pour sa part, et quel que soit l’avenir de l’équipe Euskaltel Euskadi, l’Amicale Euskadi Iparralde tient à saluer le travail effectué par la Fondation Cycliste Euskadi depuis sa création et continue à soutenir cette entité, ainsi que l’ensemble des personnes qui la composent, avec un clin d’oeil particulier à son président, Miguel Madariaga, et à son chargé des relations presse, Jesus Aizkorbe, avec qui les relations ont toujours été les meilleures.
Avant les changements annoncés, nous souhaitons bonne chance à tous, espérant voir un orange conclure cette aventure de 19 années par une bonne note, ce dimanche au Tour de Vendée.

Rédigé à partir d’articles parus sur vavel.com, deia.com, diariovasco.com et gara.net.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Site web réalisé par webmaster-peloton.com