Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Partager...

Accueil du site > Les infos de l’équipe > Archives 2008 > Interviews et infos diverses > Interview de Miguel Madariaga du 6 juin 2008

Interview de Miguel Madariaga du 6 juin 2008

vendredi 6 juin 2008

En plein milieu de la saison cycliste, avec l’Euskal Bizikleta qui débute aujourd’hui, Euskaltel Euskadi est tranquille, avec l’espoir d’obtenir quelques victoires d’ici la fin de saison.


- Diario Vasco (DV) : Quel est le bilan de la première partie de la saison, pour Euskaltel Euskadi ?

- Miguel Madariaga : Nous sommes contents de la manière où vont les choses. Nous avons 3 victoires, mais nous nous sentons très bien dans le nouveau cyclisme. Il y a un changement important dans ce monde et celui qui ne veut pas le comprendre est de trop. Nous ne détonnons pas la dedans, les choses vont bien et notre tour va venir.

- DV : A quel changement vous référez-vous ?

- Miguel Madariaga : Le cyclisme moderne, celui qui se construit actuellement, ou au moins, ce lui que nous nous avons entrepris de faire. Il est basé sur une préparation physique toujours plus sofistiquée, sur l’alimentation, le repos et le travail collectif. Ce sont les prémices et ça va s’accélérer de plus en plus.

- DV : A l’Euskal Bizikleta, avec quelle idée partez-vous ?

- Miguel Madariaga : Avec l’idée de gagner. Nous avons une bonne équipe, forte, bien que nous soyons en même temps sur deux course. L’autre groupe, plus fort que celui qui courra en Euskadi, va au Dauphiné Libéré qui commence dimanche. J’ai confiance en Igor Anton pour la lutte au général.

- DV : Comment va-t-il ?

- Miguel Madariaga : Dans les entraînements, très bien. Il n’a pas mal, il a pu travailler dans de bonnes conditions. Nous espérons qu’il fera une bonne Euskal Bizikleta et qu’ensuite il pourra courir le Tour de Suisse. Du moins, c’est son programme.

- DV : Vous présentez une équipe très forte à Bakio.

- Miguel Madariaga : Nous ne sommes pas les seuls à avoir une équipe forte. La Caisse d’Epargne et la Saunier Duval ont aussi un groupe très fort. Nous avons envie de bien nous comporter.

- DV : Que pensez-vous du fait qu’ASO ait acheté 49% de la Vuelta a España ?

- Miguel Madariaga : Ce que je vois, c’est qu’il s’est créé une grande organisation mondiale du cyclisme et s’il l’ont acheté, c’est sans doute parce qu’ils pensent que c’est une course qui a de l’avenir, même si pour l’instant tout ne va pas pour le mieux. Ce que je vois moi, c’est que la blessure entre les organisateurs et l’UCI est toujours ouverte.

Traduit d’un article en espagnol paru sur Diariovasco.com


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Site web réalisé par webmaster-peloton.com