Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Partager...

Accueil du site > Les infos de l’équipe > Archives 2008 > Interviews et infos diverses > Interview de Josu Agirre

Interview de Josu Agirre

mardi 3 juin 2008

Le jour même de son retour d’Italie, après avoir accompli un très bon premier Giro, Josu Agirre répond à nos questions.


Amicale Euskadi Iparralde (AEI) : Tu arrives en 36’20" dans le chrono de dimanche, la dernière étape du Giro. C’est un signe de fatigue après 3 semaines de courses ?

Josu : Je suis parti très motivé et j’avais envie de faire un bon chrono, mais j’ai un problème à la jambe gauche (elle est endormie). Toute de suite après le départ, j’ai commencé à avoir mal à la jambe. C’est pour ça que j’ai fait un "mauvais" contre la montre.

AEI : Cette dernière étape t’amène à Milan : content de finir ?

Josu : Oui. Quand j’ai commencé le Giro, je ne m’imaginais pas pouvoir le terminer. J’ai toujours dit qu’on verrait jour après jour. L’envie et les espoirs ne manquaient pas et je savais que j’allais tout donner pour arriver jusqu’à Milan, je me disais que ce serait difficile, mais finalement, j’y suis arrivé.

AEI : Quel bilan fais-tu de ta prestation dans ce Giro ?

Josu : Je crois qu’elle a été bonne. Si on m’avait dit que j’allais tant apporter à l’équipe, que je serai dans une échappée et que je le terminerais, je ne l’aurais pas cru. En fait, je crois que j’ai accompli mon objectif et la "majorité" des objectifs de l’équipe.

AEI : Quel bilan pour l’équipe ? Josu, Giro 2008

Josu : Un bon bilan je pense, mais il nous a manqué une victoire d’étape. Nous avons réussi à entrer 7 fois dans les 10 premiers, nous avons été dans les échappées et sur une étape nous avons eu le prix de la meilleure équipe.

AEI : Avec Plan de Corones entre autres, ça a été un Giro difficile, non ? Qu’en penses-tu, toi ? Trop dur ?

Josu : En fait, oui !! Les gens disaient que c’était le Giro le plus dur de ces dernières années, pas seulement par son tracé, mais aussi à cause des transferts et tout ce que ça implique. Pour moi, c’était dur. Et puis c’était mon premier grand tour (3 semaines) et la météo ne nous a pas aidé non plus.

AEI : Quelle image garderas-tu de ce Giro ?

Josu : Beauté, dureté, satisfaction, MON PREMIER GRAND TOUR, MON PREMIER GIRO.

AEI : Justement, pour ton premier Giro, on t’a vu plutôt bien. C’est un bon point pour t’assurer un futur en orange ?...

Josu : Je pense que ça peut être un pas, mais le chemin est long et il faut continuer à travailler. Dans le cyclisme, le temps d’apprentissage est très court, il faut progresser à grands pas, parce que derrière, il y a toujours des jeunes qui arrivent.

AEI : D’autres équipes t’ont sollicité après ton échappée de la 13e étape ?

Josu : Non.

AEI : Et maintenant : pas d’Euskal ni de Dauphiné pour toi. Un peu de repos et après ? On te verra en Suisse ? Quelle est ta prochaine course ?

Josu : Mon prochain rendez-vous, est fixé aux championnats d’Espagne. J’espère bien me préparer pour le contre la montre (et que ma jambe me le permette), et je n’en sais pas plus... Josu, Giro 2008

AEI : Comment vois-tu la suite de la saison ?

Josu : Avec envie. Je crois que j’ai beaucoup appris sur le Giro et je serais content de continuer à apporter toute l’aide possible à l’équipe.

AEI : Tu veux dire quelque chose au public français pour conclure l’interview ?

Josu : J’apprécie beaucoup votre soutien et vos encouragements. Merci beaucoup pour tout...


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Site web réalisé par webmaster-peloton.com