Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Partager...

Accueil du site > Les infos de l’équipe > Interviews et infos diverses > Euskaltel prend seul les commandes

Euskaltel prend seul les commandes

vendredi 15 juin 2012

L’avenir de l’équipe Euskaltel Euskadi était incertain pour 2013. Les choses commencent à s’éclairer un peu. Le Journal du Pays Basque fait le point...


Nous reproduisons ici un article de presse paru sur lejpb.com. Mais à ce jour, aucune information officielle en provenance de l’équipe elle-même n’est parue.

L’équipe cycliste Euskaltel-Euskadi sera encore sur les routes l’an prochain. Ou plutôt l’équipe Euskaltel, car la fondation devrait disparaître de l’entourage de l’équipe professionnelle. L’entreprise de téléphonie devrait assurer seule la continuité de l’équipe et la renforcer. Selon le quotidien El Correo, “Euskaltel, qui jusqu’à présent apportait la moitié du budget (3 des 6 millions du budget total), va assumer le contrôle de l’équipe et augmenter son investissement”. A la recherche d’un directeur sportif pour mener le nouveau projet, l’entreprise de téléphonie a annoncé il y a deux jours que le poste était confié au revenant Igor González de Galdeano parti “se reposer” il y a un an.

Les rumeurs allaient bon train ses derniers temps dans le peloton professionnel. Il se disait bien qu’Euskaltel continuerait, mais beaucoup n’y croyaient visiblement pas. Miguel Madariaga, manageur général de l’équipe, avait annoncé à ses coureurs avant le départ du Tour du Pays Basque au mois d’avril qu’un nouveau projet allait être mis en place. Mais le peu de clarté du discours du manageur n’a pas rassuré et dans le peloton, les premières rumeurs de départ des meilleurs coureurs de l’équipe basque vers d’autres horizons s’intensifiaient.

Madariaga sur le départ

Au point de voir Madariaga débouler sur le dernier Giro. Le quotidien sportif espagnol Marca rapporte les dires du manageur. “Je voyais que les choses tournaient mal, car certains coureurs sont entre les mains de vautours. J’ai été en Italie pour leur dire que bien qu’officiellement personne ne m’avait dit quoi que ce soit, il y aura une équipe, mais je ne sais pas si ce sera une équipe du Pro Tour (première division), professionnelle ou continentale.” Pas beaucoup plus clair. Si l’on s’appelle Samuel Sánchez, qu’on est champion olympique, dernier meilleur grimpeur du Tour de France, on se voit forcément mal repartir en troisième division. “Les offres ont une date limite”, avait alors déclaré dans la presse le leader des Oranges afin que les dirigeants de l’équipe se montrent plus précis sur le “projet”. Avant qu’il ne soit trop tard et qu’il ne s’engage ailleurs, tout comme d’autres de ses coéquipiers très sollicités tels Igor Antón, Mikel Landa, Mikel Nieve et les frères Izagirre.

Chose faite en partie cette semaine avec cette hypothèse, il y a six mois, devenue réalité. Dans le nouveau projet de l’équipe professionnelle ne figure plus la fondation Euskadi (qui possède notamment la licence Pro Tour de l’équipe). Le sort de Miguel Madariaga n’est pas très clair, mais il devrait se retirer de l’environnement professionnel. Il resterait la fondation pour s’occuper de l’équipe continentale Orbea et l’équipe amateur Naturgas. Ces équipes formatrices de talents pour le groupe professionnel qui restent sous la coupe de la fondation Euskadi.

Euskaltel sera donc seul à la tête de l’équipe professionnelle basque. Pour mener le projet sportif, Alberto García Erauzkin, président d’Euskaltel, a désigné cette semaine le revenant Igor González de Galdeano. On comprend mieux les déclarations de Galdeano lors de la présentation de la Vuelta 2012 à laquelle il avait été invité par l’équipe basque : “Je leur [à Euskaltel, ndlr] ai donné mes explications sur mon départ, mais je leur ai aussi dit que j’étais prêt à porter un projet différent.”

La même philosophie… pour l’instant

Euskaltel sera le partenaire principal de l’équipe professionnelle et pourrait même augmenter sa participation pour renforcer la structure dans sa lutte pour le maintien dans l’élite du cyclisme. En raison de la crise économique, le gouvernement basque, les Diputaciones (Conseils régionaux) de Biscaye et du Gipuzkoa vont diminuer leur apport financier à l’équipe. Une aide qui ne devrait pas être remise en cause tant que l’équipe représentera le projet d’un pays. Il ne semble pas d’actualité qu’un autre partenaire vienne rejoindre Euskaltel, même si l’entreprise de téléphonie n’écarte pas l’idée d’associer une autre marque au nom de l’équipe pour des rendez-vous comme le Tour de France, le Giro d’Italie ou la Vuelta Espagnole. Euskaltel va annoncer prochainement le recrutement d’un gérant, “un spécialiste des chiffres”, qui travaillera en collaboration avec le secteur sportif dirigé par Igor González de Galdeano.

Le nouveau directeur sportif travaille déjà depuis quelques jours à la constitution de l’équipe pour 2013. Romain Sicard, Víctor Cabedo, Ricardo García, Peio Bilbao et Adrián Sáez de Arregi, ils sont sept de l’équipe actuelle à être encore sous contrat avec les Oranges pour la prochaine saison. Gorka Izagirre et Mikel Nieve le sont également, mais possèdent une clause libératoire si Euskaltel venait à perdre sa place dans le Pro Tour.

Sánchez indispensable pour la licence Pro Tour

Samuel Sánchez et Igor Antón, les deux leaders de l’équipe, sont en pleine négociation. Avec Euskaltel et d’autres sans doute. Samuel Sánchez est le seul coureur Euskaltel à apporter un nombre suffisant de points dans les courses du circuit de première division. Cela vaut de l’or pour Euskaltel, ou une autre équipe désireuse de passer dans le Pro Tour. Sánchez signant pour une autre équipe, Euskaltel serait sans doute dans l’obligation d’aller chercher un cycliste du Top 10 mondial pour conserver sa place dans l’élite. Pour cela, il faudrait alors modifier la philosophie de recrutement mise en place en 1994 à la création de l’équipe Euskadi par la fondation du même nom. A moins que tout le monde accepte de repartir en seconde division. Auquel cas, Euskaltel ne serait plus invité sur la plus grande course du monde, le Tour de France.

Beaucoup de choses sont encore en suspens concernant le devenir exact de l’équipe cycliste basque et hier encore, les différentes parties devaient se réunir pour s’accorder sur les moyens disponibles, le visage futur de l’équipe Euskaltel et le niveau auquel elle aspirera pour concourir.

Article paru sur lejpb.com


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Site web réalisé par webmaster-peloton.com