Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Partager...

Accueil du site > Les infos de l’équipe > Interviews et infos diverses > Mikel Nieve : "Franchir un nouveau palier sur ce Giro"

Mikel Nieve : "Franchir un nouveau palier sur ce Giro"

samedi 12 mai 2012

C’était l’une des révélations du Giro 2011. Vainqueur de la terrible 15e étape et 10e du général, Mikel Nieve s’était fait connaître du public.


- Cyclism’Actus (CA) : Mikel, cette première semaine fut très tranquille. Cependant, les choses commencent à se compliquer comment vous sentez-vous ?

- Mikel Nieve : Depuis le début de saison, j’avais pour objectif d’arriver en parfaite condition au Giro, mais après une chute sur le Tour de Catalogne, j’ai souffert d’une déchirure musculaire qui m’a obligé à me reposer 15 jours. Je n’ai donc pas pu suivre à la lettre la préparation idéale. Enfin grâce à cela, je suis arrivé assez frais au départ de ce Tour d’Italie, avec peu de jours de course. Mais cela me porte préjudice et ces jours de course me manquent par rapport à mes adversaires. Avec ce contretemps, j’ai essayé de préparer au mieux le Giro, je me suis senti bien lors des derniers entrainements et j’espère qu’au fil des étapes je vais trouver un bon rythme de course et être en bonne forme lors de la dernière semaine. En tout cas, cette semaine s’est bien passée.

- CA : L’année dernière, vous gagniez l’étape reine et vous terminiez 10e au général, cela vous a-t-il servi de déclic ? Aujourd’hui vous sentez-vous capable de viser plus haut ?

- Mikel Nieve : Ce sont des souvenirs très émouvants, de joie. L’an dernier, j’avais fait un grand Giro, j’étais très satisfait de moi. La fin de semaine lors de laquelle j’ai gagné à Gardecchia fut spectaculaire. De plus, la veille, Igor [Anton] gagnait au Monte Zoncolan. J’ai de très bons souvenirs de ces jours et de tout ce Giro. Maintenant, même si cela fait partie du passé, j’y pense toujours et j’espère que ça me servira à faire encore mieux. Ce fut très spécial, c’était vraiment très dur ! Nous avons vécu deux journées historiques. Au final, j’ai attrapé un rhume et j’ai perdu quelques places au général, mais bon, je reste quand même satisfait. J’ai également réalisé une bonne Vuelta en 2010 et j’ai réussi ce Giro en 2011 car je me sentais progresser petit à petit. Je me sens, chaque année, un peu plus fort, c’est quelque chose qui est très important à mes yeux. Ça prouve que je progresse étape par étape. Je voyais que je gérais bien les 3 semaines et la victoire à Gardecchia m’a donné un coup de pouce au niveau international, surtout en Italie. J’espère ne pas en rester là et franchir, cette année, un nouveau palier.

- CA : Du coup, quels sont vos objectifs cette année sur le Giro ?

- Mikel Nieve : Pour ce Giro, nous devons nous efforcer de réaliser les meilleurs résultats, être ambitieux et nous battre pour faire une grande course. J’aimerai prouver que nous avons fait du bon travail et que nos supporters et notre staff soient fiers de nous, de notre lutte, de notre attitude. Je ne me dis pas qu’il faut que je gagne une, deux ou trois étapes, ou que j’entre dans le top 10, mais je dois avant tout arriver à Milan et me sentir satisfait. Cela sera le premier prix. Lutter pour gagner une étape et me battre pour entrer dans les 10 premiers, ce sera déjà bien.

- CA : Vous avez perdu de précieuses minutes sur les deux premiers contre-la-montre. Cela vous inquiète ? Vous devrez donc être plus offensif ?

- Mikel Nieve : C’est toujours mieux de ne pas perdre de temps, et si j’en perds, je dois en perdre le moins possible lors des contre-la-montre. Mais ça ne me préoccupe pas beaucoup, puisque, dans ma tête, je ne suis pas un candidat à la victoire à Milan. Je ne vais pas être offensif à cause des secondes perdues lors des chronos. Si j’ai une occasion de surprendre les gens, j’essaierai de le faire, mais ce ne sera pas en raison du temps perdu à Vérone. Je veux faire ma course, la meilleure possible, en prenant les étapes comme elles viennent et sans me soucier du temps perdu.

- CA : Vous êtes le leader incontestable de l’équipe Euskatel Euskadi, une première pour vous sur un Grand Tour. Ressentez-vous une certaine pression ?

- Mikel Nieve : Au sein de l’équipe, nous n’avons pas mis en place de réelle stratégie. Nous rechercherons une victoire d’étape et être le mieux placé possible au général. Je ne ressens pas vraiment de pression mais je m’en mets moi-même un peu. Je dois y aller petit à petit, avec patience, en faisant bien les choses et voir jusqu’où cela me mène. Je ne suis pas un leader qui doit assumer le contrôle de la course. Je ne vais pas gagner le Giro, je ne pense pas être capable de le faire. Je serai bien protégé par mes coéquipiers et cela, bien sûr, m’aidera beaucoup. Je suis peut être le leader de l’équipe sur ce grand Tour mais j’ai encore beaucoup de chemin à parcourir pour être un grand leader et avoir de la pression sur mes épaules pour faire un grand résultat.

- CA : Pour finir, jusqu’à présent, quel favori vous fait la meilleure impression ?

- Mikel Nieve : Franchement, tout le monde à l’air très bien. Tous les favoris ont vraiment bien préparé leur affaire. Scarponi, Basso, Kreuziger, Rujano, Schleck, entre autres, ont l’air vraiment forts. Ce sont des coureurs de haut niveau qui se battront pour la victoire finale, c’est certain. Nous pouvons cependant être surpris par un autre coureur, mais ce sera bien une surprise dans ce cas justement.

Article paru sur cyclismactu.net


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Site web réalisé par webmaster-peloton.com