Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Partager...

Accueil du site > Les infos de l’équipe > Interviews et infos diverses > Miguel Madariaga : "mon rôle est de régler cette année, sans penser à (...)

Miguel Madariaga : "mon rôle est de régler cette année, sans penser à 2013"

dimanche 15 janvier 2012

Les rumeurs vont bon train autour de la continuité de l’équipe Euskaltel-Euskadi en 2013. Le point avec Miguel Madariaga et Igor Gonzalez de Galdeano.


Alberto García Erauzkin a manifesté, lors de son accession à la présidence d’Euskaltel SA, sa volonté de poursuivre son soutien à l’équipe cycliste, tout en précisant qu’il faut "chercher un projet soutenable dans le futur". Le 16 décembre, il a précisé que les 15 années de sponsoring de l’équipe avaient apporté plus de 40 millions d’euros à l’entreprise. "Personne n’est plus intéressé que nous à voir l’équipe Euskaltel continuer" a-t-il signalé, ajoutant que le nouveau contrat de sponsoring devra être signé au cours de l’été prochain. Igor Gonzalez de Galdeano pourrait, selon un article paru dans la presse espagnole, faire partie de ce nouveau projet.

L’avenir de l’équipe Euskaltel-Euskadi pourrait devenir un feuilleton qui pourrait déboucher sur un changement profond de la philosophie de l’équipe et un changement radical de trajectoire du groupe basque. Dans des déclarations faites au mois de décembre, Alberto García Erauzquin, a laissé entendre que ce pourrait être l’entreprise elle-même, qui pourrait prendre la charge de l’équipe. Depuis, rien n’a filtré sur les mouvements de l’entreprise de téléphonie. Miguel Madariaga, initiateur du projet en 1994, et Igor Gonzalez de Galdeano, qui l’a accompagné ces dernières années, disent ne rien savoir au sujet de la possibilité qu’Euskaltel reste avec l’équipe. Ce qui ne fait aucun doute, c’est que l’entreprise ne peut pas faire face à elle seule à un projet économique de cette envergure, autour de 7 millions d’euros, voire 9 millions. Les institutions (Gouvernement Basque, Députation de Biscaye et de Guipuzkoa) diminueront leur apport financier, à cause de la crise économique actuelle. Cette aide ne sera pas remise en cause tant que l’équipe restera le projet d’un Pays.

La Fondation Cycliste Euskadi, pour sa part, a publié le communiqué officiel suivant.

Communiqué officiel de la Fundación Ciclista Euskadi

La Fundacion Ciclista Euskadi va vivre sa 19e saison au sein du peloton professionnel en 2012. La licence la plus ancienne du cyclisme moderne participera pour la 12e fois consécutive au Tour de France et courra sa 8e saison au sein de l’UCI World Tour dont elle fait partie depuis sa création en 2005. Ce sont des chiffres qui montrent l’importance d’un projet qui a obtenu tout cela, toujours en respectant ses statuts fondateurs, d’être une équipe composée de coureurs basques ou formés en Euskadi.

Pour atteindre ces chiffres, la Fondation Cycliste Euskadi a compté sur l’incontournable soutien de l’opérateur global de télécommunications, Euskaltel SA, dont le solide sponsoring a conduit Euskaltel Euskadi à être une référence et une des équipes les plus aimées et valorisées au plan international.

Les récentes déclarations de Miguel Madariaga (président de la Fondation), dans un journal sportif, où il confie "avoir une grande confiance" en Alberto García Erauzkin (président d’Euskaltel S.A.) pour développer "un nouveau projet", doivent être comprise dans la longue, étroite et fructueuse relation entre les deux entités depuis plus de 14 ans. Une période ouverte au cours de laquelle la Fondation Cycliste Euskadi et Euskaltel SA ont cohabité dans un climat de confiance et de respect et qui, sans aucun doute, persistera à l’avenir.

Quant à l’allusion au "cyclisme moderne" et à "d’autres chemin", la Fondation, et son président en tête, sont conscients que le sport cycliste évolue inexorablement ver un marché globalisé où courir au plus haut niveau sera de plus en plus difficile. La vision d’avenir de la Fondation a fait que l’entité a travaillé en profondeur depuis des années, en s’adaptant aux temps nouveaux et aux circonstances qui régissent actuellement le cyclisme mondial, très différentes de ce qui était en vigueur il y a deux décennies. Ce travail permanent a obtenu des résultats très satisfaisants, un record de victoires en 2010 et des victoires dans les 3 grands tours en 2011.

La Fundacion Ciclista Euskadi, avec le soutien inconditionnel de tous ses sponsors, collaborateurs et socios, travaille au quotidien pour évoluer et avoir le meilleur niveau en respectant ses traditions et l’esprit fondateur du projet sportif, lancé en 1994.

Penser à 2012 avant d’envisager 2013

Miguel Madariaga dit "mon rôle n’est pas de penser à 2013. Mon travail est de régler 2012, de faire une grande saison, pour n’avoir aucun problème ultérieurement". Celui qui a conçu ce projet ne pense qu’à la saison présente : "j’ai une réunion avec tous les sponsors, Euskaltel et les institutions, pour trouver une solution pour le budget de cette année". Madariaga ne pense qu’au présent. Il sait qu’il y a des sujets qui n’attendent pas, comme celui du renouvellement de la licence World Tour pour 2013 et les années suivantes : "pour renouveler la licence, il faut démarrer maintenant, comme l’ont déjà fait beaucoup d’équipes. Mon travail est de trouver les solutions pour 2012. J’ai une réunion avec Alberto García Erauzquin à la fin du mois. Ceux qui ont à bouger doivent le faire rapidement". Il est convaincu que "l’équipe intéresse Euskaltel. S’ils veulent créer un nouveau projet, ils devront trouver des compagnons de voyage très forts. Aujourd’hui, je ne vois pas Euskaltel en capacité de faire front à un budget de 7 millions d’euros. Ce serait plus du double de ce qu’ils apportent aujourd’hui".

Miguel Madariaga confie que sa "relation avec Euskaltel est fabuleuse. J’ai beaucoup de respect pour Alberto García Erauzquin, tout comme celui que j’avais pour le lehendakari, José Antonio Ardanza. Alberto est une grande personne et un grand professionnel". Il reconnait que "ça fait quasiment un an que je n’ai pas parlé avec Alberto, mais j’ai toujours été en bonne entente avec lui. C’est la vérité. Nous nous réunirons à la fin du mois". Miguel Madariaga espère que cette prise de contact permettra de clarifier les choses et marque le chemin à suivre. "En 2012, il y a eu quelques fusions d’équipes et d’autres n’ont pas réussi. En 2013 il peut y en avoir d’autres". Pour lui, c’est sûr, "la Fondation va continuer. Mais si Euskaltel se détache du projet, elle ne pourra pas supporter la charge que représente un groupe à ce niveau. La Fondation dépend de ce que diront Euskaltel, les socios, mais elle ne peut pas assumer à elle seule un budget de l’envergure de ceux qui se gèrent aujourd’hui dans le World Tour". Il ne voit pas la Fondation "capable de faire front à un budget de 7, 8 ou 9 millions d’euros. Vu comment évolue le monde du cyclisme aujourd’hui, il faut autre chose". Sur la possibilité qu’Euskaltel prenne en charge l’équipe, il s’en remet à "ce qu’a dit Alberto García Erauzquin, qui a parlé de soutenir le projet". Dans plusieurs des institutions qui sponsorisent l’équipe, on respire l’odeur de la crise. Il n’y a aucune prise de position parce que tout le monde attend de voir comment évolue la situation économique. Beaucoup repoussent la prise de décision au mois de mai.

Quid d’Igor Gonzalez de Galdeano ?

Igor González de Galdeano, qui a assité, en compagnie de Miguel Madariaga, à la présentation de la Vuelta a España 2012, déclare : "j’ai quitté l’équipe et ce que je veux, c’est être tranquille. Euskaltel ne m’a pas appelé, et ne m’a rien dit. Quand je leur ai dit que je m’en allais, je leur ai communiqué que je ne partais pour aucun autre projet, que j’avais besoin de repos. Je leur ai donné mes explications, mais je leur ai aussi dit que j’étais prêt à porter un projet différent". Il ne veut pas beaucoup parler d’un retour possible, qui n’en serait pas vraiment un, puisqu’il n’est pas totalement parti. Il reste en contact avec l’équipe "parce qu’il restait quelques choses à régler. Vraiment, il n’y a rien. A ce jour, personne ne m’a appelé ? C’est la vérité. Ce que je pense moi ? Rien. Me reposer".

Composé de plusieurs articles en espagnol parus sur diariovasco.com, as.com et fundacioneuskadi.com


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Site web réalisé par webmaster-peloton.com