Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Partager...

Accueil du site > Les infos de l’équipe > Archives 2008 > Interviews et infos diverses > Interview de Dioni Galparsoro

Interview de Dioni Galparsoro

mardi 20 mai 2008

Entre le rythme et les transferts, le Giro devient dur.


Euskaltel Euskadi a couvert une première partie du Giro d’Italie qu’on peut qualifier de bonne. Ils ont été 2e sur une étape avec Alan Perez, 5e dans une autre avec Koldo Fernandez et ils ont tenté de se mettre dans les échappées.

Dioni Galparsoro est arrivé à Palerme (départ du Giro), assez touché par les allergies. Actuellement, son état de forme est "meilleur que quand je suis arrivé, ce qui n’est pas mal du tout après 9 étapes. Ca s’est couru très vite. Nous avons été attentifs aux échappées. En dehors du jour où Alan est parti, il n’y a pas eu beaucoup d’occasions.

L’année dernière j’étais arrivé dans de meilleures conditions au Giro. Cette année, les problèmes que j’ai eu les dernières semaines avant le départ m’ont empéché d’avoir de bonnes sensations. Maintenant, je vais mieux. Les équipes italiennes sont très fortes, surtout les Continentales professionnelles. Toutes les étapes que nous avons fait, y compris celles de plaine, ont 3000 mètres de dénivelé".

A tout cela s’ajoute les trajets qui n’ont pas arrêté depuis le début de la course : "Pour arriver où nous sommes, le départ du contre la montre, nous avons du faire 400km de voiture. Nous sommes arrivés à 11h du soir. Nous ne pouvons être massés qu’un soir sur deux. C’est pour tous pareil, mais nous sommes fatigués".

Sur le Giro, c’est normal, sur de nombreuses étapes de trouver des pièges inattendus : "l’autre jour, nous roulions normalement et subitement nous avons trouvé une côté d’un kilomètre avec 25% de pourcentage. Ca a détruit tout le peloton".

Les coureurs qui ont le plus attiré l’attention sont "Di Luca et Ricco. Contador va bien aussi". Claudio Chiapucci qui leur a rendu visite disait que "dans les 3 dernières étapes, il y aura beaucoup de coureurs qui rentreront chez eux".

Aujourd’hui, se disputera le premier contre la montre, Pesaro-Urbino, de 39,4km, assez sélectif, et qui doit faire la différence entre les favoris. Galparsoro centre ses objectifs et ceux de l’équipe sur "la poursuite des tentatives pour gagner des étapes et aider Koldo Fernandez de Larrea qui peut en gagner une. Dimanche, nous l’avons pas mal rapproché à l’avant du peloton, mais il faut encore améliorer. S’il démarre d’un peu lus haut, il peut gagner une étape. Ce n’est pas facile de prendre la place d’Ongarato ou Tosatto".

Le climat au sein d’Euskaltel Euskadi est bonne, malgré la dureté qui les attend jusqu’à l’arrivée à Milan : "Vu qu’il y a une bonne ambiance, les choses vont mieux".

Traduit d’un article en espagnol paru sur Diariovasco.com


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Site web réalisé par webmaster-peloton.com