Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Partager...

Accueil du site > Les infos de l’équipe > Archives 2011 > Interviews et infos diverses > Samuel Sanchez : "Je veux me tester pour voir jusqu’où j’arrive au (...)

Samuel Sanchez : "Je veux me tester pour voir jusqu’où j’arrive au général"

lundi 18 juillet 2011

Vainqueur à Luz-Ardiden et deuxième au Plateau de Beille, le leader de l’équipe Euskaltel Euskadi est désormais classé 6e au général, à 1’38’’ du podium. Interview.


- La Nueva España (LNE) : Quel bilan fais-tu di début du Tour ?

- Samuel Sanchez : Très positif. J’ai réussi à gagner à Luz-Ardiden, ce dont l’équipe avait beaucoup besoin, et moi, ça m’a donné confiance. Je suis 6e au général et 2e de la montagne. On peut être content de ce qui a été fait jusqu’à maintenant.

- LNE : Comment la course a-t-elle changé pour toi, depuis le mauvais début de la course ?

- Samuel Sanchez : Le début n’a pas été bon parce que nous n’avons pas eu de chance. Une chute nous a retardé, Contador et moi et ça a été un fardeau important. Le fait de perdre 1’20 lors du chrono par équipe était quelque chose que j’assumais et ce n’est pas beaucoup.

- LNE : Tu es optimiste.

- Samuel Sanchez : Il faut voir le positif. J’ai réussi à reprendre du temps dans les deux étapes Pyrénéennes et je suis fort en course, en bonne santé et sans blessure. Dans ce Tour, la moitié des favoris sont rentrés à la maison après des chutes, avec des os cassés. Moi, heureusement, je suis vivant et entier.

- LNE : On voit que la victoire d’étape t’a rendu plus fort.

- Samuel Sanchez : Le fait d’avoir gagner dès la première étape des Pyrénées aide à être plus tranquille et confiant. Gagner l’étape était l’objectif principal de l’équipe Euskaltel Euskadi, plus que le général.

- LNE : Il manquait peu de chose pour gagner aussi au Plateau de Beille.

- Samuel Sanchez : Je savais déjà que Vanendert était fort quand nous sommes arrivés ensemble à Luz-Ardiden, et cette fois il avait beaucoup d’avance. Moi, j’étais dépendant des grands leaders et d’attendre ma chance de partir devant autant de marquage entre les favoris. Quand j’ai pu partir il avait 40 secondes et j’ai réussi à en reprendre 20, mais je n’ai pas pu faire mieux. Mais le fait d’être second et de reprendre du temps aux principaux favoris n’est pas mal du tout. Dans les Pyrénées, j’ai récupéré une bonne partie du temps que j’avais perdu et maintenant viennent les ambitions.

- LNE : Au classement de la montagne, tu es second et à un pas de reprendre le maillot à pois.

- Samuel Sanchez : Il ne faut pas trop regarder ça pour l’instant. Il est proche, mais la façon de marquer les points sur le Tour ne m’est pas favorable.

- LNE : Le podium du classement général est à portée.

- Samuel Sanchez : J’ai repris du temps et petit à petit je remonte au général, mais je dois continuer sans que cela m’obsède. Et ce qui arrivera sera le bienvenu. C’est comme chercher à gagner une autre étape, il faut d’abord être avec les meilleurs avant de lutter pour autre chose. Actuellement, j’ai devant moi des coureurs très importants dont je ne sais pas comment ils pourraient perdre du temps pour que ça me permette à moi de monter.

- LNE : En résumé, entre le podium du général, gagner une autre étape ou le maillot à pois, qu’est-ce qui sera le plus à ta portée ?

- Samuel Sanchez : Le maillot à pois est ce dont je suis le plus proche, mais je veux me tester pour voir jusqu’où j’arrive au général. Le reste, je le regarde du coin de l’oeil.

- LNE : Qu’est-ce qui t’inquiète le plus ?

- Samuel Sanchez : la chute, parce qu’on court beaucoup de risques. C’est un miracle qu’avec tout ce qui s’est passé, je ne sois pas tombé.

- LNE : Tu voulais arriver en France avec la forme de l’année dernière.

- Samuel Sanchez : J’y suis arrivé et j’ai déjà un meilleur bilan avec la victoire à Luz-Ardiden.

- LNE : Quelle étape considères-tu comme étant la clé de ce qu’il reste ?

- Samuel Sanchez : Celle qui se termine au Galibier, à cause de la distance et de l’altitude, qui affectent plus l’organisme et encore plus dans un final du Tour avec déjà les forces à la limite pour tous. C’est sûr que les Alpes me réussissent bien habituellement et j’espère que ce sera encore le cas.

- LNE : Avant le début du Tour, tu présentais ton ami Contador comme le principal favori. Qu’en est-il maintenant ?

- Samuel Sanchez : Je le sens bien et sûr qu’il attaquera dans les Alpes pour reprendre du temps qu’il a en retard par rapport aux frères Schleck et Evans. S’il y a quelqu’un qui est capable de chambouler le classement, c’est bien Alberto. Il est le seul capable de cela et je suis sûr qu’il attaquera.

- LNE : Tu as des visites des amis et beaucoup de soutien des Asturies. Quel message veux-tu leur envoyer ?

- Samuel Sanchez : Qu’ils continuent à apprécier et à m’encourager, quand le Tour sera terminer, nous fêterons cela avec du cidre à la maison. Je les remercie pour tout le soutien qu’ils m’apportent.

Traduit d’un article en espagnol paru sur lne.es


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Site web réalisé par webmaster-peloton.com