Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Partager...

Accueil du site > Les infos de l’équipe > Archives 2011 > Interviews et infos diverses > Igor Anton : A la Vuelta 2010, personne ne m’a battu, j’ai perdu tout (...)

Igor Anton : A la Vuelta 2010, personne ne m’a battu, j’ai perdu tout seul"

mercredi 1er juin 2011

Deuxième partie de l’interview d’Igor Anton, suite au Giro. Il envisage la fin de saison, avec, en septembre l’objectif principal de sa saison, le Vuelta a España.


- Biciciclismo (BC) : La Vuelta est ton principal objectif en 2011, que signifie le fait d’avoir gagné une étape du Giro d’Italia ?

- Igor Anton : Parfois je me souviens de Laiseka qui disait que si tous les ans tu remportes une victoire ou tu atteints un objectif, alors ton année est réussie. Cette année la Vuelta est l’objectif numéro un et cette victoire sur le Giro m’apporte de la tranquillité. Maintenant il faut récupérer et continuer à travailler, préparer la Vuelta. J’espère que je serai capable d’être aussi affuté que l’année dernière et si c’est le cas, je sais que je réussirai très bien. Je sais comment faire pour arriver en forme. 2010 a été parfaite et je suis arrivé dans mon meilleur état de forme. Cette année, l’objectif est de reproduire la même chose ou de l’améliorer.

- BC : Contrairement au Giro où tu cherchais une victoire d’étape, à la Vuelta tu joueras le général.

- Igor Anton : Oui, oui. En sachant et en étant conscient de la difficulté que cela représente et en connaissant les jours où il faut assurer. Les jours de montagne seront pour moi, elles seront les clés, mais il y aura des étapes qui ont l’air simples sur le papier mais où je devrai être très intelligent et au cours desquelles l’équipe devra m’entourer. L’objectif du général te fait te concentrer beaucoup plus et ça te fatigue. L’année dernière je l’ai déjà vécu et cette expérience m’aidera beaucoup cette année l’affronter, savoir ce qui m’attend et être fort dans ces moments là. L’année dernière tout allait pour le mieux et personne ne m’a battu, c’est moi qui ai perdu.

- BC : Que représente le fait d’avoir été leader et d’avoir raté la victoire finale en 2010 ?

- Igor Anton : Concernant l’année dernière, je n’arrive toujours pas à me faire à l’idée que j’aurais pu gagner. Ca me donne confiance pour cette année, bien-sûr. Déjà on verra qui sont les rivaux présents et surtout comment j’arrive. Sur ce Giro, je suis arrivé pour gagner une étape mais je n’ai peut-être pas été dans ma meilleure forme. Des fois, le corps, en fonction du moment, ne se comporte pas de la même manière en mai et en septembre et peut-être que septembre me convient mieux. Peut-être ne suis-je pas arrivé au top au Giro et je n’ai pas su prendre ce point qui me manquait. Et malgré cela j’ai réussi à gagner une étape et je suis super-content. Mais pour la Vuelta, c’est essentiel d’assurer et d’être affuté, c’est comme une montre Suisse, tu dois être parfait en tous points.

- BC : Mouilles-toi, ton objectif sur la Vuelta, c’est la victoire.

- Igor Anton : Me battre pour la victoire, en sachant que c’est très compliqué d’y arriver. La condition de l’année dernière ne t’assure pas la victoire non plus. La dynamique de la course a toujours joué en ma faveur. L’année dernière il y a eu quelques étapes clés que j’ai su passer et le fait de gagner la 4e étape m’a enlevé beaucoup de pression qui m’a ensuite permis de continuer plus tranquille et être plus relaxé. Et bien souvent ce n’est pas lié à la condition physique que tu as, mais à la façon dont se déroule la course. Les circonstances de l’année dernière étaient parfaites. Il faut les deux choses.

- BC : Et tu as la motivation du retour de la Vuelta au Pays Basque.

- Igor Anton : C’est quelque chose qui te met une tension supplémentaire et je considère que c’est bon. Justement le vendredi on passera par Galdakao, mon village, ce sera le début des fêtes et ce sera très beau. Je pense qu’à ce moment là, la course sera déjà décidée en grande partie et j’espère arriver en bonne position.

- BC : Maintenant tu dois te reposer. Tu peux déjà dire les courses que tu disputeras d’ici à la Vuelta ?

- Igor Anton : J’ai l’habitude de courir Ordizia et Getxo, Urkiola, c’est triste, n’aura pas lieu, et la Clásica San Sebastián. Et la Vuelta a Burgos est clé pour prendre un bon point de forme et c’est une course qui m’enchante en plus. C’est le thermomètre pour savoir si tu es sur le bon chemin.

- BC : Tu n’iras pas en altitude ?

- Igor Anton : Je ne l’ai jamais fait. Peut-être cette année, si c’est pour améliorer. J’en parlerai avec l’équipe un peu plus tard.

Traduit d’un article en espagnol paru sur biciciclismo.com


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Site web réalisé par webmaster-peloton.com