Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Partager...

Accueil du site > Les infos de l’équipe > Archives 2008 > Interviews et infos diverses > Interview de Mikel Astarloza

Interview de Mikel Astarloza

mardi 13 mai 2008

Mikel Astarloza est devenu à 28 ans l’un des leaders de l’équipe Euskatel. En coupure actuellement à deux mois du Tour de France, Mikel déclare "Le podium du Tour, c’est un rêve"


- Cyclismag : À deux mois du Tour de France, tu sembles être prêt pour rentrer à nouveau dans le top 10…

- Mikel : Pour l’instant tout va bien. J’ai bien commencé la saison. J’ai bien marché au Tour du Pays basque, puis au Tour de Romandie. Cette année, j’ai encore plus de motivation pour le Tour de France. J’espère améliorer le résultat de l’an dernier (9e). J’ai planifié ma saison comme d’habitude. J’aime bien commencer la saison en étant dans les résultats, pour prendre le moral. Après le Tour de Romandie, je m’accorde toujours une phase de repos. Le but est de bien récupérer pour le Dauphiné Libéré, et ensuite prendre la condition pour le Tour de France. J’espère pouvoir améliorer le classement général acquis l’an dernier, sans oublier d’essayer de gagner une étape. On aura la meilleure équipe possible avec Samuel Sanchez, Haimar Zubeldia et moi-même, et de très bons équipiers. C’est le gros objectif de l’année.

Il fallait partir d’AG2R pour avoir une nouvelle motivation

- Cyclismag : En 2002, tu débarques chez AG2R en étant presque inconnu…

- Mikel : Je suis passé chez les pros à 22 ans. Je n’avais pas la possibilité de passer dans une équipe en Espagne. J’ai suivi mon cousin, Inigo Chaurreau, chez AG2R. J’ai fait cinq ans chez eux pour les remercier de m’avoir donné cette chance. Il fallait les remercier en progressant à leur côté.

- Cyclismag : Puis tu as rejoint Euskaltel fin 2006…

- Mikel : Chez AG2R, j’étais très bien mais il y avait des grands leaders comme Moreau et Mancebo. Ce sont des coureurs qui jouaient le podium du Tour de France. C’était pour moi très gratifiant de travailler pour ces coureurs. Maintenant, nous n’avons pas de grands leaders chez Euskaltel, capable de terminer sur le podium du Tour. Alors pour moi, il est possible d’être leader.

- Cyclismag : Faillait-il partir de chez AG2R pour terminer dans le top 10 du Tour ?

- Mikel : Je suis toujours content du traitement que j’ai eu chez Vincent Lavenu. Mais il fallait partir pour trouver une nouvelle motivation. Quand tu changes, quand tu prends une nouvelle direction dans ta vie, c’est bénéfique mentalement. Il fallait quelque chose de nouveau pour se remotiver. Je ne peux pas dire si c’était le bon moment. J’ai fait cinq ans avec AG2R, j’ai fait tous les ans le Tour, sauf l’année où je suis néo-pro.

Encore loin du podium du Tour

- Cyclismag : T’attendais-tu l’an dernier à faire neuvième du Tour de France ?

- Mikel : Je m’étais rendu au départ du Tour avec des ambitions. Je voulais faire un top 15, c’était mon ambition. Je m’en sentais capable, car j’étais pas loin l’année d’avant avec AG2R. C’était quand même un peu mieux que ce que j’espérais.

- Cyclismag : Depuis ton statut a changé…

- Mikel : En fait quand je suis arrivé dans l’équipe Euskaltel, ils m’ont montré qu’ils avaient une grande confiance en moi. L’an dernier, ils m’avaient donné comme objectif d’être dans le top 10 du Tour de France. C’est toujours important quand une équipe te donne sa confiance. Et puis je cours chez Euskaltel, c’est l’équipe de la région. Nous sommes très suivis par les spectateurs. Mais au Pays basque, nous sommes très connus. Je l’étais avant ma place au Tour. Il y a une grosse culture cycliste. Tout le monde connaissait l’équipe AG2R. Mais après, je suis plus connu sans doute en Espagne.

- Cyclismag : Penses-tu avoir les capacités pour être un jour sur le podium du Tour ?

- Mikel : Un podium, c’est pour le moment un rêve. Ce n’est pas facile. Quand on regarde les coureurs sur le podium, il n’y a pas de petit coureur. Le podium est encore un peu loin, j’espère déjà améliorer cette année le classement de l’an dernier. Je souhaite faire mieux, surtout pour moi. Je donne le maximum pour moi. C’est toujours une chose très personnelle. J’aime bien la compétition et donner le meilleur de moi-même.

Article initialement paru sur cyclismag.com.


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Site web réalisé par webmaster-peloton.com