Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Partager...

Accueil du site > Les infos de l’équipe > Archives 2011 > Interviews et infos diverses > Mikel Landa et Jon Izagirre deux espoirs qui débuttent chez Euskaltel-Euskadi

Mikel Landa et Jon Izagirre deux espoirs qui débuttent chez Euskaltel-Euskadi

dimanche 6 février 2011

Tous les deux nés en 1989, ils font cette année leurs débuts dans le ProTour, dans les rangs de l’équipe orange. Ils répondent ensemble à une même interview.


- Noticias de Gipuzkoa (NG) : Que représente le fait de revêtir la maillot orange ?

- Mikel Landa : C’est un nouveau pas dans notre carrière. C’est une nouvelle équipe dans une autre catégorie. Comme c’est sans doute le cas pour Jon, je suis très motivé et j’ai très envie d’apprendre.

- Jon Izagirre : Au final, avec cette incorporation, on voit qu’on évolue, et c’est toujours bon. Pas à pas, on avance et on ne recule pas, c’est de ça qu’il s’agit. En plus, on le fait dans l’équipe de chez nous, et ça nous motive beaucoup.

- NG : Quand avez-vous su que vous alliez quitter Orbea pour Euskaltel, ou au moins, quand est-ce que vous l’avez compris.

- Jon Izagirre : Quand la saison passe et que tu vois que tu fais des résultats, les directeurs sportifs commencent à te parler du fait qu’il y a des chances que tu passes chez Euskaltel si les choses continuent à bien se dérouler. Mais tant qu’on ne te l’a pas vraiment dit, rien n’est sûr, tu attends de voir...

- Mikel Landa : En étant chez Orbea, qui est la filiale, tu sais que si tu cours bien et tu es capable d’être cycliste, c’est là où tu devrais aller.

- NG : Vous vous connaissez depuis que vous êtes juniors...

- Jon Izagirre : Nous avons été ensemble dans quelques courses. Mais quand Mikel venait en Gipuzkoa, il nous donnait déjà du mal. En amateurs, nous nous sommes connus un peu mieux et chez Orbea nous sommes devenus co-équipiers.

- Mikel Landa : C’est ce qui est beau dans cette équipe, que nous vivons près les uns des autres et les amitiés se nouent facilement.

- NG : Vous aviez des conflits sur la route ?

- Mikel Landa : Non. Sur la route, nous étions rivaux, mais en dehors, nous parlions toujours beaucoup : nous étions comme des co-équipiers, parce que nous étions ensemble dans la Sélection Euskadi, aussi entre co-équipiers, tu ne peux pas mal t’entendre.

- NG : 1989, c’est une grande génération.

- Jon Izagirre : Oui, il y avait Gari Bravo, Jon Aberasturi... Les deux sont professionnels maintenant (le premier chez Caja Rural et le second chez Orbea), comme nous.

- Mikel Landa : Ce n’est pas facile de pouvoir passer professionnel en étant si jeune, aussi je pense que nous étions une bonne génération.

- NG : En 2010, vous avez tous les deux montré des qualités, mais maintenant il faut confirmer en vue du futur...

- Mikel Landa : Ca, c’est clair. Chez Orbea, nous marchions bien sur des courses d’un certain niveau, et quoi que tu fasses, chez les professionnels, ensuite tout devient plus dur, c’est une motivation pour continuer à s’entrainer et à faire ces choses là.

- NG : Que prévoyez-vous pour 2011 à part d’apprendre ?

- Jon Izagirre : On va voir comment se passent les choses pour l’équipe. L’objectif principal est de s’adapter à cette catégorie World Tour. Après, nous essaierons de trouver notre place dans le peloton et de continuer à progresser.

- Mikel Landa : C’est le principal : nous adapter au peloton et à l’équipe, et nous habituer à la façon de travailler de l’équipe le plus vite possible pour tenter de profiter du travail de l’équipe et des résultats qui pourront arriver.

- NG : Malgré votre jeunesse, que pensez-vous pouvoir apporter ?

- Jon Izagirre : Pour l’instant, nous ne le savons pas (ils rient tous les deux). Nous sommes très jeunes...

- Mikel Landa : (Interrompant) L’espoir !

- Jon Izagirre : C’est ça, au moins l’espoir. L’espoir qu’ont les jeunes pour courir les courses et qui après, parait-il, pourrait diminuer un peu au fil des années. Et de l’espoir, nous en avons énormément.

- NG : Vous êtes conscient de l’espoir qu’a fait naître vos recrutements, ainsi que ceux de Sicard, Castroviejo ou Gorka (Izagirre) l’année dernière ?

- Mikel Landa : Oui, on en a eu des échos. Finalement, tu te rends compte qu’il faut faire entrer des nouveaux pour remplacer ceux qui s’en vont. Oui, on voit des projets dans l’équipe pour travailler sur le profil de chacun, et on sent cet espoir qu’ils mettent en toi, et c’est très motivant.

- Jon Izagirre : Tu vois aussi que les supporters sont là et t’encouragent. Tu vois que tu es dans une catégorie suivie par beaucoup de monde, et peu à peu tu te rends compte qu’il y a beaucoup de monde derrière toi, ce qui te donne beaucoup de force pour continuer.

- NG : Vous avez un modèle en particulier dans l’équipe ?

- Jon Izagirre : Chacun a sa façon d’être et de courir. J’ai la chance d’avoir mon frère à la maison, et j’espère qu’il me regardera et me dira comment faire les choses.

- Mikel Landa : Peut-être faut-il regarder ceux qui gagnent, mais en même temps, tu te rends compte qu’il faut beaucoup de monde pour que les autres remportent des victoires. Aussi, tu essaies d’apprendre de tout le monde.

Traduit d’un article en espagnol paru sur noticiasdegipuzkoa.com


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Site web réalisé par webmaster-peloton.com