Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Partager...

Accueil du site > Les infos de l’équipe > Archives 2010 > Interviews et infos diverses > Mikel Nieve : "Ca ne me traversait même pas la tête"

Mikel Nieve : "Ca ne me traversait même pas la tête"

mercredi 15 septembre 2010

Interview de Mikel Nieve pendant la journée de repos, lendemain de sa première victoire chez les professionnels, lors de l’étape reine de la Vuelta a España.


- El Pedal de Frodo (EPF) : Félicitations Mikel !! Ca a été difficile d’avoir réalisé ce rêve ?

- Mikel Nieve : Héhé, bon, au début, oui, j’ai eu un peu de mal à dormir, mais après, j’ai très bien dormi !

- EPF : Quand on s’est vus à Solares, je t’ai dit que maintenant c’était à toi, et puis tu y vas et tu gagnes...

- Mikel Nieve : Et oui, héhéhé ! C’est vrai que quand tu m’as dit ça, j’ai ri parce que ça ne me passait même pas par la tête, mais regarde, maintenant on va voir si j’arrive à le croire petit à petit.

- EPF : Comment ça va le lendemain ?

- Mikel Nieve : Très bien, nous sommes ici, décontractés dans un endroit très beau. On mange bien, on dort bien... relax !!

- EPF : Qu’as-tu ressenti en passant la ligne victorieux ?

- Mikel Nieve : Ouf... je ne sais pas, je n’ai pas de mots, une très grande émotion, tout le monde qui m’encourageait...

- EPF : Tout s’est déroulé à merveille.

- Mikel Nieve : Et bien oui, au final, oui. Il y a des fois où tu le veux et ça se passe mal 1000 fois, mais cette fois ça s’est bien passé, parfait !

- EPF : Quand as-tu commencé à penser que tu arriverais au bout ?

- Mikel Nieve : A y croire ? A 500m à peu près, parce que c’est clair, finalement, il y avait beaucoup de coureurs et avec les encouragements je ne comprenais pas bien les écarts. Je ne savais pas s’ils revenaient de derrière ou si on me disait la vérité et j’étais un peu nerveux... mais ça valait la peine !

- EPF : Et Juanjo et Amets, impressionnants, non ?

- Mikel Nieve : Oui, oui, ils ont fait un travail impressionnant. Ils m’ont emmené jusqu’au pied de Cotobello sans que je travaille et c’est vrai que je leur suis très reconnaissant.

- EPF : Dans cette Vuelta tu as beaucoup évolué comme cycliste. Tu es conscient de ce que tu as fait ou est-ce encore comme un rêve ?

- Mikel Nieve : Je ne sais pas, je ne sais pas... je cours avec agilité et je suis bien, mais pour l’instant je ne sais pas, je ne me suis pas beaucoup arrêté pour y penser.

- EPF : Comment te définirais-tu aujourd’hui en tant que cycliste ?

- Mikel Nieve : Je n’en sais rien, héhé, je n’en ai pas la moindre idée...

- EPF : Mais ta vision de toi-même a changé avec cette victoire ?

- Mikel Nieve : Non. Je continuerai pareil, à travailler et à m’entraîner de la même manière... Ca ne m’a pas beaucoup changé.

- EPF : Une course qui pourrait être adaptée à tes caractéristiques, c’est le Giro. Ca te plairait d’essayer ?

- Mikel Nieve : Oui, vraiment. Je ne sais pas s’il m’est bien adapté, mais j’aimerais y participer et je serais très motivé à l’idée de le courir.

- EPF : A qui dédicaces-tu ta première victoire professionnelle ? A Igor et Egoi ?

- Mikel Nieve : Oui, oui, mais pas seulement à eux. A tout le monde ! Aux amis qui étaient à Los Lagos malgré le mauvais temps, à la famille... Il y a beaucoup de personnes auxquelles tu penses dans ces moments là et c’est pour eux tous !!

- EPF : Maintenant, c’est facile de le dire, mais tu crois qu’Igor aurait remporté la Vuelta ?

- Mikel Nieve : Et bien, moi je crois que oui. Il était le plus fort de la course, l’équipe travaillait très bien et je crois qu’il avait beaucoup de chances de gagner la Vuelta.

Traduit d’un article en espagnol paru sur elpedaldefrodo.com


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Site web réalisé par webmaster-peloton.com