Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Partager...

Accueil du site > Les infos de l’équipe > Archives 2010 > Interviews et infos diverses > Mikel Nieve : "Je ne pensais pas être autant à l’avant"

Mikel Nieve : "Je ne pensais pas être autant à l’avant"

mardi 7 septembre 2010

Pour sa première Vuelta, Mikel Nieve est très fort et il est devenu le dernier homme à aider Igor Anton dans les arrivée difficiles.


- Diarrio de Navarra (DN) : Tu fais un sacré début de Vuelta. Tu ne t’attendais pas à être aussi fort ?

- Mikel Nieve : Non, c’est sûr que non. Je ne m’attendais pas à être autant à l’avant. Je venais avec du respect pour la course. Mais je me sens très bien. Mon idée était d’arriver fort à la Vuelta parce que, dans cette première semaine, il y avait des étapes compliquées et j’ai de très bonnes sensations. On va voir si je peux continuer sur cette ligne.

- DN : L’équipe a décidé que tu préparerais spécialement la Vuelta, et tu as même reconnu les étapes des Asturies en août avec Anton et Intxausti...

- Mikel Nieve : Oui. Je n’ai pas eu un bon début de saison, j’ai été malade, mais en juin on m’a dit que j’irais à la Vuelta et je l’ai bien préparée, avec beaucoup d’espoir et d’envie.

- DN : Ca a été une surprise qu’Anton prenne le maillot de leader si tôt ?

- Mikel Nieve : Oui, un peu. Je ne suis pas surpris qu’Igor soit leader, parce qu’il est arrivé très fort, mais le fait que ce soit dans cette première semaine, oui, ça m’a surpris. De toute manière, le maillot est le bienvenu. C’est une motivation supplémentaire, un signe qui montre que nous sommes bien, et toute l’équipe va le défendre au maximum.

- DN : Précisément, tu es en train de devenir l’équipier du leader dans les derniers kilomètres... La responsabilité n’est pas trop lourde ?

- Mikel Nieve : Nous sommes venus pour travailler à cela. Dans l’équipe il y a d’autres coureurs qui sont forts, je ne pensais pas que je serais le dernier dans les étapes difficiles, mais je me suis senti bien et c’est moi qui ai été à ses côtés. Le plus gros problème là dedans, c’est de pouvoir suivre le rythme. De toute manière, quand tu te vois là devant dans les moments où il reste peu de monde, ça te donne du courage. Tu souffres, mais la motivation augmente et tout est plus facile.

- DN : Comment affrontes-tu cette seconde semaine de Vuelta ?

- Mikel Nieve : Nous irons jour après jour, en essayant de défendre le maillot de leader du mieux possible et avec l’espoir d’arriver à Madrid avec. Il faut être réalistes, c’est une semaine dure. Les trois étapes à la suite avec arrivée au sommet, et surtout celle de Cotobello que nous avons reconnue, vont être très compliquées. Même si après il restera le chrono et la montée à la Bola del Mundo dans la dernière semaine, je crois que ces 3 seront des étapes décisives où on va voir qui a de réelles chances de gagner cette Vuelta.

- DN : Et qui sont tes favoris ?

- Mikel Nieve : Avec Igor Anton qui luttera sûrement pour gagner, je vois Purito Rodriguez et Nibali qui lui en plus est bon en chrono et sur lequel il faudra prendre du temps dans les ascensions. En plus il y en a d’autres comme Tondo ou Sastre qui peuvent aussi entrer dans la bagarre.

- DN : Tu es dans l’équipe avec 4 autres navarrais (Egoi Martínez, Juanjo Oroz, Gorka Verdugo et Pablo Urtasun), Comment les vois-tu ?

- Mikel Nieve : Peut-être que celui qui est le plus juste, c’est Gorka, après la chute qu’il a subie. Il a pas mal de blessures et il lui est assez difficile de terminer les étapes. De toute manière, nous avons tous confiance dans le fait qu’il va se remettre vite et c’est sûr que, quand ce sera fait, il travaillera à fond. Les autres, nous travaillons bien, Egoi est entré dans une échappée, Pablo aide beaucoup dans les arrivées... En fait, je les vois forts et motivés.

Traduit d’un article en espagnol paru sur diariodenavarra.es


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Site web réalisé par webmaster-peloton.com