Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Partager...

Accueil du site > Les infos de l’équipe > Archives 2010 > Interviews et infos diverses > Samuel Sanchez : "Ca fait peur de penser que nous étions 3e du (...)

Samuel Sanchez : "Ca fait peur de penser que nous étions 3e du Tour"

mardi 27 juillet 2010

Déçu d’avoir perdu la 3e place et de ne pas être monté sur le podium à Paris, Samu veut analyser ce Tour de France pour ne pas commettre les mêmes erreurs la prochaine fois. Interview.


- Noticias de Gipuzkoa (NG) : Tu as beaucoup pensé à ce qui s’est passé ?

- Samu : Non, ne vas pas croire, j’ai assez bien dormi. J’y ai pensé ce qu’il fallait, mais je mentirais si je disais que je n’y ai pas pensé. Hier, j’étais encore surpris de ce qu’a fait Menchov. Sincèrement, je ne croyais pas qu’il allait faire quelque chose comme cela. Si ça avait été moi qui avait défailli, mais c’est Denis qui nous a mis plus d’une minute et demi à moi, Alberto et Andy. Soit nous trois avons vécu une baisse terrible ou alors c’est lui qui a fait un exploit.

- NG : A l’arrivée, tu étais abattu. La douleur venait du corps ou de l’âme ?

- Samu : Les deux. J’avais mal partout. J’étais cassé. C’est que j’ai tout donné sur le chrono, je n’avais plus une seule goutte d’énergie et malgré cela, regardes ce qui s’est passé. A l’arrivée, j’essayais d’assimiler ce qui s’était passé, encore sous le choc, parce que je n’arrivais pas à comprendre. J’ai fait les 25 derniers kilomètres à mourir, comme si je laisse ma vie pour ça, et malgré tout, Denis continuait à me prendre du temps. Ca a été très dur de sortir de ce moment critique. Je ne comprenais rien.

- NG : Le coup de massue est tombé au kilomètre 18, au premier temps intermédiaire. Là, Menchov avait déjà 48" d’avance. Qu’as-tu pensé à ce moment là ?

- Samu : Ca a été un coup dur, mais à ce moment là, je ne croyais pas que tout soit perdu. Je pensais que c’était une tactique, qu’il avait choisi de partir à fond pour tenter de me démoraliser. Igor (Gonzalez de Galdeano) a pensé la même chose que moi, et il m’a dit de ne pas m’inquiéter de cet écart, de continuer à mon rythme et que la situation allait se renverser. Ca ne s’est pas produit. Menchov ne m’a laissé aucune chance. Il roulait comme une moto.

- NG : On n’attendait pas quelque chose comme ça, c’est sûr.

- Samu : Non, c’est sûr. Je n’étais pas sûr de pouvoir garder ma place sur le podium parce que Denis avait montré qu’il est meilleur que moi sur les chronos longs, mais j’avais l’espoir, au moins, d’avoir un mano à mano serré avec lui. Peut-être est-ce que j’ai toujours été trop optimiste.

- NG : Le podium, tu l’a perdu lors du chrono ?

- Samu : C’était un jour clé, mais du peu d’expérience que j’ai sur cette course, je crois comprendre que le Tour se gagne et se perd un peu tous les jours. Il n’y a pas d’étape décisive au cours de laquelle j’ai perdu le podium, mais c’est une accumulation de beaucoup de choses. La Madeleine, le Tourmalet, le chrono... Même si en y pensant bien, peut-être que le jour des pavés fut un revers important. J’ai eu une grosse malchance et j’ai perdu beaucoup de temps. Deux minutes par rapport à Andy. Penses à ce qu’aurait été mon Tour sans ces 2 minutes en plus.

- NG : Tu aurais pu te battre pour la victoire ou la seconde place ?

- Samu : Non, non, la course est ce qu’elle est et c’est tout. Le cyclisme est ainsi, le Tour est ainsi. Simplement je dis qu’en montagne j’ai été à la lutte avec les meilleurs, proche d’Andy et Contador, ce qui est incroyable. Ca fait peur de se rendre compte que nous étions troisième du Tour.

- NG : Tu imagines ce qui aurait changé si à Avoriaz tu avais gagné l’étape devant Andy ?

- Samu : Je n’aime pas regarder derrière moi, ça s’est passé et il n’y a pas de remède. La seule chose pour laquelle ça me sert, c’est pour apprendre en vue du futur.Bon, voilà, ça a été une erreur très grave et ça doit me servir de leçon pour le futur. Et peut-être jamais plus je n’aurais une telle occasion ? Mais peut-être que oui, et continuer à y repenser sans cesse et me mortifier ne fera pas revenir cette opportunité. Et plus encore, je pense que cette 2e place doit nous convaincre du fait que réellement nous pouvons gagner une étape sur le Tour.

- NG : Si tu pouvais, que changerais-tu de ce Tour ?

- Samu : Rien, c’est impossible. La seule chose qui est à ma portée est d’apprendre de l’expérience, être conscient des erreurs que j’ai comises pour ne pas les refaire à l’avenir. C’est ce que je fais toujours après une course : j’arrive à la maison et j’analyse tout.

- NG : Tu es triste et tu n’arrives pas à apprécier la 4e place, mais si avant le Tour on t’avait que ce serait ton classement ?

- Samu : C’est sûr, j’aurais peut-être signé tout de suite, mais c’est que moi, avant de commencer le Tour, déjà je disais que je voulais lutter pour le podium. J’avais confiance parce que j’avais beaucoup travaillé pour ça. De toute façon, le Tour est une course trop compliquée pour pouvoir faire des plans avant de commencer.

- NG : Tu es passé très près du podium. Le Tour doit être ta course à partir de maintenant ?

- Samu : A partir de maintenant, sincèrement, la seule chose à laquelle je pense c’est rentrer à la maison et ccommencer à penser à mon futur. Pas au Tour de l’année prochaine, mais plutôt à où je vais courrir la saison prochaine. C’est quelque chose que je veux résoudre le plus vite possible.

- NG : Chez Euskaltel Euskadi ?

- Samu : Logiquement, ma première option c’est Euskaltel Euskadi, mais ce dont j’ai besoin maintenant c’est d’une équipe qui offre des garanties au niveau sportif et économique. Je n’écarte pas d’autres possibilités et j’ai des propositions, même si Euskaltel, je le répète, est la première et nous attendons en ce moment même que le futur de l’équipe se dessine. La volonté est de continuer, mais bien souvent il faut prendre les décisions qu’il faut prendre. Nous sommes tous conscients que la vie est pleine d’étapes qui se terminent et cèdent le pas à d’autres étapes.

Traduit d’un article en espagnol paru sur noticiasdegipuzkoa.com


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Site web réalisé par webmaster-peloton.com