Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Fan-club officiel de l’équipe Euskaltel-Euskadi

Partager...

Accueil du site > Les infos de l’équipe > Archives 2010 > Interviews et infos diverses > Samuel Sánchez : "J’ai du me battre contre moi-même"

Samuel Sánchez : "J’ai du me battre contre moi-même"

mercredi 14 juillet 2010

Victime de crampes dans le final de l’étape d’hier, Samu n’a pas pu reprendre Contador et Schleck dans la descente, mais au courage, il a quand-même réussi à s’emparer de la 3e place au général. Interview.


- El Correo (EC) : Tu es arrivé sur la ligne avec une sale tête.

- Samu : C’est que l’effort a été terrible. J’ai du me battre contre moi-même. En descendant le col de la Madeleine, j’ai eu beaucoup de problèmes de crampes. Ca a été une étape où il a fait très chaud, où il y avait beaucoup de cols, et je l’ai payé. C’est dommage.

- EC : Tu a eu Alberto Contador et Andy Schleck à 10 secondes.

- Samu : Oui, à portée. Mais en bas du col, il y avait une ligne droite interminable avec le vent de face et je n’ai pas pu les reprendre.

- EC : Il t’a manqué un kilomètre supplémentaire de descente pour les rattraper ?

- Samu : Je ne sais pas. Un kilomètre de plus ou être moins entamé physiquement. Quand tu es juste physiquement, le sang n’arrive plus correctement au cerveau. Tu n’as plus les mêmes réflexes. J’ai eu des forces jusqu’au milieu de la descente, et après j’ai eu des crampes. Je devais aller plus lentement et j’ai commencé à moins bien prendre les virages. Et sur le plat, il était impossible de réduire l’écart.

- EC : De toute façon, tu as pris du temps sur les autres : Basso, Menchov, Armstrong, Evans...

- Samu : Mais on n’est qu’au début. La course est encore longue. J’espère ne pas exploser. Ces efforts coûtent cher. Maintenant je dois récupérer parce que je suis arrivé vidé.

- EC : Quand as-tu senti les crampes ?

- Samu : Un peu après avoir passé la station qu’il y a au début de la descente. Ca m’a pris au Sartorius (muscle de la partie supérieure de la jambe). Je ne pouvais plus monter la jambe pour prendre les virage, je devais la garder tendue. C’est très mal tombé, mais ce n’est pas une excuse.

- EC : On t’a vu gesticuler, de douleur, de rage.

- Samu : Oui. J’ai changé de posture pour pédaler. Je cherchais une position pour ne plus avoir de crampes. Je me battais contre moi-même.

- EC : Qu’as-tu ressenti en te voyant si près de Contador et Schleck et d’être trahi par la jambe ?

- Samu : L’impuissance. Je savais qu’il fallait les reprendre dans la descente. Et ça n’a pas été possible. J’ai tenté de me concentrer et de ne pas perdre la référence visuelle, mais c’était impossible.

- EC : Tu continues de penser que ton objectif est une étape ou est-ce que maintenant tu penses au podium ?

- Samu : Quand tu es bien, tu vas de l’avant. Maintenant, étant bien classé, je sais que les autres me laisseront difficilement partir pour remporter une étape. Je vais très bien. Je suis un coureur régulier ? Avant, plus jeune, je gagnais plus. Maintenant, je suis plus un coureur de fond.

- EC : Et tu es 3e au général. Place sur le podium.

- Samu : Ouf !! Ca va encore beaucoup changer. Schleck et Contador ont des équipes très fortes autour d’eux. La notre est plus modeste.

- EC : Tu as perdu l’étape et tu es monté sur le podium. Abattu ou plein d’espoir ?

- Samu : Mort, pour l’instant, je suis mort.

Traduit d’un article paru sur elcorreo.com


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | Site web réalisé par webmaster-peloton.com